"Il y a une urgence qui ne peut pas attendre des plombes" : le député de Haute-Vienne Damien Maudet lance une "commission d’enquête populaire" devant le CHU de Limoges

Publié le Mis à jour le

Après avoir interpellé le président de la République Emmanuel Macron sur la situation de l’hôpital public pendant la campagne présidentielle, le tout nouveau député LFI interrogera publiquement les soignants ce vendredi 24 juin. Cette initiative arrive dans un contexte particulièrement tendu, notamment dans le service des urgences.

Seulement 5 jours après son élection comme député de la Haute-Vienne, Damien Maudet lance une initiative inédite : une "commission d’enquête populaire" sur la situation de l’hôpital public.

Populaire vs parlementaire

Pourquoi créer une commission d’enquête "populaire" et non "parlementaire" ? Interrogé au téléphone, Damien Maudet explique : "Je n’’ai pas envie d’attendre que l’Assemblée démarre pour faire mon travail. "Populaire", c’est juste le nom qui change. Le rapport aurait pu être parlementaire si j’étais mandaté par l’Assemblée. Et "Populaire", c’est aussi citoyen, c’est en étant au milieu des gens, et en le rendant accessible au plus grand nombre."

Ces échanges interviennent dans un contexte de crise profonde à l'hôpital. Emmanuel Macron a lui lancé une "mission flash" pour faire un bilan des difficultés des urgences. Une initiative critiquée.

Une caméra, deux chaises et un micro

Concrètement, la "commission d’enquête populaire" prendra la forme d’un petit plateau télé installé sur le parvis du CHU de Limoges : "une caméra, deux chaises et un micro". Le député interrogera les soignants et le personnel. Le public présent sur place pourra écouter, et le tout sera diffusé en temps réel sur les réseaux sociaux. "Ce n’est pas une manifestation, c’est une discussion filmée. C’est une nouvelle forme pour parler de ce sujet."

Selon Damien Maudet, "L’objectif final, c’est pourquoi pas de faire une tournée dans plusieurs hôpitaux de France, d’écrire une proposition de loi, de proposer des amendements, et de se servir des témoignages devant l’Assemblée nationale."

Changement d'ère ?

Le docteur Sylvain Palat, médecin au CHU de Limoges et membre du collectif inter-hôpitaux, participera à ces échanges avec enthousiasme : "Il nous suit depuis deux ans, il est venu régulièrement à nos minutes de silence, mais maintenant qu’il a une légitimité, c’est bien qu’il s’implique encore plus". 

Est-ce un changement d’ère ? "Il y a deux ans, on avait sollicité tous les députés du département, et seulement un était venu" (il s’agissait de Pierre Vanteau ndr).

Allo Véran

Damien Maudet confirme à cette occasion son intérêt pour le domaine de la santé. Une prise de conscience liée à la crise sanitaire : "On avait ouvert un compte Twitter qui s’appelait Allo Véran, pour signaler les problèmes dans les hôpitaux, mais avec la campagne ça s’est estompé. Ensuite on a lancé Allo Bourguignon, mais elle nous a pas laissé de temps..."

Le jeune député pourra maintenant interpeller les ministres directement à l’Assemblée nationale, en commençant avec les témoignages enregistrés à Limoges.