Le casse-tête de la (re) planification des concerts en Haute-Vienne

Pour la culture, même en Haute-Vienne, la fin du tunnel de la Covid-19 semble proche. Pourtant, le retour à la normale n'est pas forcement pour demain ! Exemple avec un « organisateur » de spectacle.

 

La réouverture des salles de concert... bientôt.
La réouverture des salles de concert... bientôt. © Free-Photos via Pixabay

Vous vous souvenez de ce que c'est qu'un concert ? Vous vous rappelez que ce que c'est que faire la queue, parfois aux petites heures, pour être le premier, dans la fosse, devant la scène ? Vous n'avez pas envie, même mélomane, de vous mêler à un pogo ?

Le 10 mai 2021, Jean Castex a détaillé le calendrier du déconfinement. Les annonces du Premier ministre, même avec le conditionnel de rigueur, même avec l'étalonnement qui sied, même avec les précautions sanitaires, laissent entrevoir la fin de cette incertitude.

Pour autant, c'est justement l’incertitude qui prévaut !

Sans jugement, prenons, comme un cas d'exemple, les grosses dates, les grosses tournées, les gros noms, dans les grands lieux.

Dans l'ex-capitale Limousine, leurs performances ont lieu, en général, au Zénith ou, hors lyrique, à l'Opéra. Et, pour beaucoup, voire la plupart, organisées par Euterpe Promotion, plus connue comme Box Office, fondées par Michel Goudard.

Depuis plus d'un an, le quotidien de cette société, mi-tourneur, mi-producteur, est de gérer, au pire, les annulations de tournées, au mieux, leurs reports.
Avec la (petite) bouffée d'oxygène que constituent les dernières annonces gouvernementales en termes d'assouplissement, une optique de reprise pour de tels événements se fait jour.

Mais tout reste un casse-tête, comme nous l'a expliqué Aurélie Goudoud, chargée de communication et de relations-presses/médias chez Euterpe.

"Malgré tout ce qui est dit, annoncé, on est vraiment dans l'attente de choses, de données, plus précises. Que ce soit en termes de jauge, de contraintes sanitaires, d'organisation... Et rien n'est commun d'un artiste à l'autre, d'une tournée à l'autre ! Cela fait un an qu'au pire on annule, au mieux, on reporte. Parfois plusieurs fois. Qu'est-ce que vous voulez faire ? Disons qu'on mette de côté (ce qui est en vrai impossible), et la jauge, et les mesures barrières, et l'éventuel passe-sanitaire. Reste tout de même une incertitude totale. Mais même là, on ne sait pas".

Chez Euterpe, pour l'instant, on voudrait privilégier, et donc programmer, ce qui était déjà prévu. Ce qui avait déjà engendré des achats de places... La bonne nouvelle, c'est que la plupart des gens ayant déjà acheté un billet sont plutôt dans l'optique du report, plutôt que du remboursement.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Lynda Lemay (@lyndalemayofficiel)

En plus, lors de la "petite" reprise, à la rentrée dernière, on a déjà joué en mode Covid, avec des restrictions. On connaît, on sait à peu près faire. Mais malgré tout, on est en vrai dans une incertitude. Alors on fait comme si...

Pour l'instant, on envisage "un vrai redémarrage" à la mi-octobre, avec un concert de Patrick Fiori, le 19 octobre prochain, à l'Opéra de Limoges. Mais on dit le 19 octobre ! Et après ?...

On en est déjà à des reports en 2022, voire au-delà, comme pour Alain Souchon, et là, on ne parle que des reports.

Parce qu'entre temps, il y a des artistes qui ont fait de nouveaux albums, qui ont prévu de nouvelles tournées, qui ont déjà entamé de nouvelles promos... Au positif, après cette période de manque, on pourrait avoir un embouteillage culturel, un amoncellement de dates. C'est bien pour le public. Mais matériellement, ça s'annonce plus que compliqué...".

D'autres structures, comme l'Opéra de Limoges, commencent à prévoir de mini-festivals, des one-shot regroupés, pour, eux aussi, honorer des dates, honorer des places déjà vendues. Mais également, dans une incertitude allant au-delà des annonces officielles.

Bref, la Culture, avec un grand C, prévoit de revivre . Mais quand, comment, avec et pour qui, et sous quelles modalités ?

Astérix nous apprenait "Ô tempora, ô mores !". J-J Goldman nous enseignait qu' "il suffira d'un signe. ! "

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
culture société économie covid-19 santé