Page économie : Laine et compagnie, une entreprise locale 100% éco-responsable

L’entreprise Laine et compagnie fondée en 2001 par le lotois Jean-Philippe Rouanne met à l’honneur la laine locale. Dans toutes ses formes de déclinaisons, cette matière première est 100% éco-responsable.
Les couettes en laine, un des produits Laine et compagnie
Les couettes en laine, un des produits Laine et compagnie © France 3 Limousin
En 2001, Jean-Philippe Rouanne revêt l'habit de tondeur de moutons, en Limousin. Ce Lotois d'origine monte son entreprise Laine et compagnie à Château-Chervix dans laquelle la laine est reine. Mais pas n'importe quelle laine puisqu'il s'agit de sélectionner une matière première locale. Matelas, couettes, futons, oreillers et coussins, cette entreprise s’occupe d’optimiser votre qualité de sommeil grâce aux bienfaits de la laine.

Revenons à nos moutons

La laine, particulièrement appropriée à la conception de produits de literie, répond à des attentes qualitatives de la clientèle.

Aussi, la laine a des vertus scientifiquement prouvées. Chaque produit de cette entreprise a comme matière première le manteau de moutons elevés en plein air et dans la région. Eco-responsable et optimisateur de sommeil, le matelas de laine limite l'humidité générée par le corps humain, et réduit l'électricité statique. Ce dernier point garantit un rythme cardiaque régulier, et de fait, un sommeil plus réparateur.

Les principales qualités de la laine résident dans ses capacités à réguler et transférer l’humidité […] et à garder un couchage toujours à température constante.

Dernier avantage et pas des moindres, l'odeur. S'allonger sur la laine et sentir des odeurs d'antan, madeleine de Proust du sommeil.
 

Les limites d'un métier ancestral

Ce métier ancestral perd de sa superbe sur le territoire français suite au boom des matelas synthétiques et bon marché, dans les années 1980. Aujourd'hui, les fabricants de matelas se comptent sur les doigts d'une main. Aucune formation n'existe et seuls les audidactes peuvent prétendre à cette mission. C'est le cas de Marc-Antoine Murzda, agent de maintenance et production. Il a réussi le pari d'apprendre "le travail, la technique, la gestuelles, ce geste ancestral […] que faisaient nos anciens."

Jessica Roper, couturière, a réorienté sa carrière pour intégrer l'entreprise en juillet 2018. "J'avais une pension pour chats […]. J'ai beaucoup de passions dans la vie, la couture en fait partie, ils cherchaient quelqu'un, je collais parfaitement"

Bien qu'une prévision de hausse du chiffre d'affaires de 15 % sur l'année, cette PME fait fasse à un autre problème, celui du recrutement comme l'explique Sarah Cainaud, responsable de la gestion et de l'administration chez Laine et compagnie.

C’est difficile de recruter parce qu’on recherche des profils plutôt manuels mais sur des techniques de fabrication artisanales et très spécifiques, et des gens qui soient intéressés par la démarche de l’entreprise. Et en plus, on n’a pas forcément un temps plein à offrir.

Prochaine étape pour Laine et compagnie : devenir une société coopérative afin d'ancrer un peu plus l'entreprise dans l'économie sociale et solidaire.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
artisanat économie entreprises