Rentrée à la Faculté de lettres : reprise du mouvement étudiant

C'est une reprise en force du mouvement étudiant en ce jour de rentrée. Ils sont près de 500 à vouloir assister à l'AG pour décider s'ils continuent à bloquer la faculté de lettres. Même si le Président a affirmé qu'il respecterait leur choix, les examens seront maintenus.
 

Début de matinée : l’amphi rebaptisé « Rosa Luxembourg » ne peut contenir les nombreux étudiants qui souhaitent participer à l’AG. Seuls 200 ont pu rentrer, les autres restant à l'extérieur. Un filtrage a été mis en place, avec vérification des cartes étudiantes et attribution d'un numéro à chaque participant. Des personnels enseignants sont également présents.

Fin de matinée : l'AG se tient finalement à l'extérieur, près de 600 étudiants présents. Les prises de parole se font dans le calme. Les étudiants font le bilan des actions passées et celles qui vont être déployées dans les jours qui viennent.

Début d'après-midi : le blocage de la Faculté de lettres est voté jusqu'au 7 mai. Le maintien des partiels "sous une forme ou sous une autre" est également voté.
 

Le mouvement a débuté début avril pour dénoncer le "ParcourSup", la réforme d'accès à l'université. Un groupe de jeunes est resté sur place pendant les deux semaines de vacances scolaires.

Alain Célérier, Président de l'Université, exclut de faire appel aux forces de l'ordre et a assuré qu'il respecterait la décision de l'AG, si tant est qu'elle soit représentative. En revanche, les examens seront maintenus par tous les moyens : délocations ou à distance. 

Le mouvement lui se poursuit et s'organise pour participer à la manifestation nationale du 5 mai 2018 à Paris, avec bus qui partira de Saint-Junien, desservira Limoges et la Croisière.