Sécheresse : la Haute-Vienne passe en vigilance, la Creuse déjà en alerte

Le débit de certains cours d'eau baisse rapidement en raison de la vague de chaleur, après un hiver "très déficitaire". La préfecture a donc décidé de placer l'ensemble du département en "alerte vigilance" et en appelle au civisme des habitants. La Creuse est passée, de son côté, en alerte sécheresse la 13 juin.

Vigilance en Haute-Vienne : le niveau 1 activé

Une pluviométrie déficitaire par rapport aux normales, un hiver qui n'a pas permis d'atteindre les niveaux d'eau de l'an dernier et des températures élevées ces derniers jours : c'était prévisible, le débit des cours d'eau baisse rapidement, raison pour laquelle les services de l'État décident d'enclencher le premier niveau de "vigilance sécheresse". 

Cette vigilance concerne donc les bassins Gartempe, Vienne, Dordogne et Charente du département de la Haute-Vienne. 

À ce stade, la préfecture demande à tous les usagers de faire preuve de civisme dans tous les usages de l'eau : limiter sa consommation pour permettre de maintenir "des conditions minimales en termes d'alimentation en eau potable et de vie dans les milieux aquatiques." 

La Creuse en "alerte sécheresse" : le niveau 2 depuis le 13 juin 

En Creuse, comme annoncé la semaine précédente, les trois quarts du département ont été placés en niveau 2 d'alerte à la suite du comité ressources du 7 juin.

Concrètement, il n'est plus possible d'arroser jardins (y compris potagers) et espaces verts entre 8 h le matin et 20 h le soir. Interdit encore, à de rares exceptions, de remplir ou de vidanger les piscines, seules les remises à niveau étant autorisées. Enfin, le lavage des voitures ailleurs que dans les stations de lavage équipées pour recycler l'eau est également interdit. 

Le nord du département est impacté en raison, notamment, d'un déficit de pluie de 13 % en mai et de 33 % en avril dernier. 

En 2022, dans ce département, le niveau d'alerte avait été activé le 16 juin.