VIDEO. "André Desourteaux, la seule chose qu’il avait gardée de sa vie d’avant le massacre, c’était son vélo" : un rallye cycliste de passage à Oradour-sur-Glane

durée de la vidéo : 00h01mn37s
André Desourteaux s’est éteint le 26 avril dernier. Le 10 juin 44, sa famille avait été massacrée à Oradour-sur-Glane. Devenu résistant, il a participé quelques mois plus tard en Loire-Atlantique à un important fait de guerre, épargnant la vie de soldats allemands. Des cyclistes participants au « Rallye de la liberté - André Desourteaux » ont fait étape ce vendredi dans le village martyr. ©France 3 Limousin

André Desourteaux s’est éteint le 26 avril dernier. Le 10 juin 44, sa famille fut massacrée à Oradour-sur-Glane. Devenu résistant, il a participé quelques mois plus tard en Loire-Atlantique à un important fait de guerre, épargnant la vie de soldats allemands. Des cyclistes participants au "Rallye de la liberté - André Desourteaux" ont fait étape ce vendredi dans le village martyr.

Ce vendredi 19 mai, après plus de 7 heures à pédaler, Thierry Fredé et 12 autres cyclistes arrivent enfin à Oradour-sur-Glane, contents de leur effort, et surtout du message qu’ils véhiculent avec ce rallye de la liberté : "Il y a un symbole, on ne fait pas seulement du sport. C’est important !"

Ils sont partis de Loire-Atlantique ce jeudi et doivent parcourir plus de 400 kilomètres pour retracer, en sens inverse, le chemin réalisé par André Desourteaux et d'autres résistants du Limousin en 1945.  

Soldats épargnés

Retour en arrière. Le 12 mai 1945, à Saint-Viaud, en Loire-Atlantique, des soldats FFI du Limousin dirigés par André Desourteaux encadrent une trentaine de prisonniers allemands qui viennent de se rendre.

Soudain, la grange où sont entreposées les munitions explose. 5 jeunes soldats FFI sont tués. Les résistants pensent que la grange a été piégée par les Allemands. Ils se tournent vers leur chef, prêts à tirer sur les prisonniers. Mais André Desourteaux, dont la famille a pourtant été décimée à Oradour, décide malgré tout de leur laisser la vie sauve.

"Le vélo, c'est la liberté"

Pour cet acte de courage, André Desourteaux a été nommé citoyen d’honneur de Saint-Viaud. Le maire, Roch Chéraud, a fait le déplacement à Oradour ce vendredi pour accueillir les cyclistes : "Le vélo, c'est la liberté, donc ça porte bien son nom de "Rallye de la liberté". André Desourtheaux, la seule chose qu’il avait gardée de sa vie d’avant le massacre, c’était son vélo."

Selon Philippe Lacroix, le maire d’Oradour, "Le sport véhicule beaucoup de valeurs : la solidarité, le courage, la fraternité. Ça interpelle aussi les nouvelles générations, pour qu’on n’oublie pas que le totalitarisme, l’intolérance et le fanatisme peuvent conduire à des exactions comme à Oradour."

Ce samedi, les 13 cyclistes sont à nouveau sur leur vélo, toujours pour montrer que le sport peut représenter une façon nouvelle de transmettre la mémoire. 

L'actualité "Culture" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Culture" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité