Volvo veut vendre son activité défense porté par Renault Trucks

Volvo va se séparer de sa branche défense essentiellement située en France, constitué du constructeur Renault Trucks Defense (RTD) dont l'un des sites industriels se trouve au Palais-sur-Vienne. 

© F3 Limousin
Le numéro deux mondial des poids lourds Volvo a annoncé vendredi 4 novembre 2016, à la grande surprise des syndicats, son intention de vendre son activité de défense en bonne santé et qui compte environ 1.300 employés, majoritairement en France.         

Cette activité baptisée "governmental sales", qui représente environ 1,5% des ventes totales du groupe Volvo, est surtout constituée du constructeur Renault Trucks Defense (RTD), qui possède les marques RTD, Acmat et Panhard.    

5 sites industriels dont Limoges

Le groupe a en France ses activités de Recherche & Développement à Versailles, près de Paris et Lyon (centre-est) et des activités de production, à travers cinq sites industriels: le Palais-sur-Vienne (près de Limoges) et Fourchambault (centre), Saint-Nazaire (ouest), Marolles-en-Hurepoix et Saint-Germain-Laval (banlieue parisienne).

En avril 2016, l'armée avait confirmé que le site de Renault Trucks du Palais-sur-Vienne serait en charge de la construction des remplaçants des actuels VAB. Ce contrat rentre dans le cadre du futur programme d’armement de l’armée de Terre, le programme SCORPION.

Vers une cession de l'activité

Cette branche, qui compte également l'entité américaine Mack Defense, suédoise Volvo Defense et australienne VGGS Océanie, est dédiée à la fabrication et la vente de véhicules spécialement conçus pour les gouvernements, l'industrie de la défense, les forces de maintien de la paix et les organisations humanitaires.

Cette branche a atteint "une position très forte au cours des dernières années avec un développement positif et un livre de commandes record. Il y a d'importantes opportunités de faire davantage croître l'activité", estime Volvo dans un communiqué.            
Mais "un nouveau propriétaire pourrait être mieux placé pour emmener l'entreprise vers une prochaine étape. Par conséquent, nous avons l'intention de débuter les préparatifs afin de céder l'activité", a déclaré Jan Gurander, le directeur financier du groupe, cité dans un communiqué.

Syndicats inquiets

Surpris de cette annonce, les syndicats français s'inquiètent de l'identité du futur repreneur et de l'avenir des emplois concernés par cette cession. Nous ne voulons "pas que cette vente se fasse à des fonds de pension ou des investisseurs étrangers", a indiqué le syndicat majoritaire chez Renault Trucks (CFE-CGC).     
"Par qui serons-nous repris ? Les sites seront-ils conservés ? Continuerons-nous à bénéficier des avantages de Volvo qui nous vend un certain nombre de pièces ?", a ajouté Gilles Broche, délégué CFDT chez Renault Trucks Defense.  

Volvo Group Governmental Sales a réalisé en 2015 un chiffre d'affaires de 500 millions d'euros. À travers les trois marques RTD, Acmat et Panhard, le groupe fournit 90% des plateformes blindées logistiques actuellement en service dans l'armée de terre. La France représente 50% de son chiffre d'affaires.


Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie armée société sécurité
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter