Oradour. "Est-ce que ce qu'on a fait sert à quelque chose ?" Claude Milord interroge le devoir de mémoire

durée de la vidéo : 00h01mn43s
La secrétaire d’État auprès du ministre des Armées, chargée des Anciens combattants et de la Mémoire, remet la décoration de chevalier de l’ordre national du mérite à Claude Milord ce mardi 17 octobre. Rencontre avec l'ancien président de l'association des familles de martyrs d'Oradour-sur-Glane. Équipe : Emmanuel Denanot, Samuel Chassaigne, Alain Lafeuille. ©FTV

La secrétaire d’État auprès du ministre des Armées, chargée des Anciens combattants et de la Mémoire, remet la décoration de chevalier de l’ordre national du mérite à l'ancien président de l'association des familles des martyrs d'Oradour-sur-Glane ce mardi 17 octobre. Un homme qui questionne aujourd'hui la tâche accomplie dans un contexte géopolitique chaotique.

Dans l’ombre des survivants de la tragédie d’Oradour-sur-Glane, Claude Milord est resté vingt-deux ans à la tête de l’association nationale des familles des martyrs. Vingt-deux années à témoigner de l'horreur de ce samedi 10 juin 1944 où des SS de la Division das Reich massacrèrent 643 habitants du village, hommes, femmes et enfants.

Ce mardi 17 octobre, l’ancien président de cette association si particulière est élevé au rang de Chevalier dans l’Ordre national du Mérite par Patricia Miralles, la secrétaire d’État auprès du ministre des Armées, chargée des Anciens combattants et de la Mémoire. 

Emmanuel Denanot et Samuel Chassaigne l'ont rencontré avant la cérémonie pour connaître son état d'esprit. 

C'est un engagement personnel pour les familles des martyrs d'Oradour-sur-Glane. C'est à elles que je dédie cette médaille.

Claude Milord, ex-président de l'association nationale des familles des martyrs d'Oradour-sur-Glane

Une distinction reçue par l’ancien président de l’association des familles de martyrs alors que, du Proche-Orient à l'Ukraine, des massacres sont toujours perpétrés. Et lorsqu'on lui demande s'il est touché par cette reconnaissance de l'État, l'homme n'oublie pas de recentrer l'hommage non pas sur lui, mais sur les habitants d'Oradour : "Tardivement, c'est vrai. Mais c'est bien de penser aux familles et à Oradour en ce moment avec tout ce qui se passe de par le monde."

Devoir de mémoire en tête. Devoir de mémoire dans son cœur. L’ex-représentant des familles de martyrs est aujourd’hui perturbé par ce contexte géopolitique troublé

Est-ce qu'on a fait notre travail de mémoire ? Du souvenir ? Est-ce que ce qu'on a fait sert à quelque chose ? Vis-à-vis des nouvelles générations, est-ce que l'on a tout fait pour qu'Oradour ne se reproduise pas aujourd'hui ? On se rend compte que c'est un éternel recommencement.

Claude Milord, ex-président de l'association nationale des familles des martyrs d'Oradour-sur-Glane

à France 3 Limousin

Pas question, pour autant, de tirer un bilan décourageant.  

On ne va pas baisser les bras. Il faut persévérer.

Claude Milord

Né huit ans après le massacre d’Oradour-sur-Glane, Claude Milord s’est construit sur les ruines d’une tragédie qu’il ne pensait pas revoir de par le monde. 

Récit avec Emmanuel Denanot.

L'actualité "" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité