Réchauffement climatique : la forêt de demain se prépare en Limousin

Ce mardi 8 novembre 2022, France Télévisions consacre une soirée exceptionnelle à la sauvegarde des forêts avec une émission intitulée "Aux arbres citoyens !" présentée par Léa Salamé et Hugo Clément sur France 2. L'occasion de revenir sur l'un des trois pôles nationaux de ressources génétiques forestières (PNRGF), celui de Peyrat-le-Château, en Haute-Vienne, qui gère 5% du massif forestier national.

"Nous sommes sur l'autoroute vers l'enfer climatique" s'alarmait Antonio Guterres, le secrétaire général de l'ONU à l'ouverture de la COP27 en Egypte. Si ces mots font froid dans le dos, France Télévisions tente d'éveiller la conscience écologique, en mettant à l'honneur la forêt, lors de l'émission "Aux arbres citoyens !" diffusée en prime time, à 21h10 sur France 2, ce mardi 8 novembre 2022. En Nouvelle-Aquitaine, région qui concentre 17% de la forêt nationale, l'édition du 18.30 sera aussi dédiée au poumon vert de la région.

Alors, comment faire pour éviter la perte de nos forêts ? Quelles sont les solutions pour ne pas revivre les méga-feux de cet été en Gironde ? Comment gérer les forêts publiques ? Eléments de réponse, en Haute-Vienne, à Peyrat-le-Château, dans une pépinière gérée par l'ONF. 

Préserver et étudier les essences forestières 

Sur le site de Peyrat-le-Château (87), l'Office Nationale des Forêts, scrute 63 hectares de résineux, du douglas à l'épicéa, en passant par le cèdre de l'Atlas, sans oublier le mélèze d'Europe. L'objectif ? Etudier l'adaptation, la conservation et l’amélioration des essences forestières. 

On a des espèces sur lesquelles on travaille, parce qu'elles sont déjà en danger dans leur milieu naturel. Ce qui est particulièrement privilégié, c'est la forme globale de l'arbre, sa branchaison et sa vigueur, c'est-à-dire sa capacité à pousser rapidement. Au préalable, dans la nature, certains arbres élites ont été sélectionnés et multipliés par la méthode du greffage. Ensuite, 3 exemplaires de chaque arbre ont été conservés chez nous, pour conserver la ressource génétique.

Sébastien Guérinet

Chargé de recherche et de développement au PNRGF

 

Comment adapter nos forêts au changement climatique ?

En France, il existe trois pôles nationaux de ressources génétiques forestières (PNRGF). L'un se situe en Bretagne, l'autre dans les Bouches-du-Rhône et le troisième, spécifiquement orienté vers les résineux se trouve en Limousin, à Peyrat-le-Château (87). Ces pôles d'étude, créés dans les années 1960, sont désormais contraints, en 2022, de concentrer leurs missions, au dérèglement climatique.

Une mutation, que le directeur de l'agence territoriale de l'ONF Limousin, Jean-François Le Maout, n'a pas négligé : "La grande question que l'on se pose c'est : comment l'on va remplacer les essences ou comment va t-on adapter nos forêts à ce changement climatique ? La mission, attribuée à la pépinière de Peyrat-le-Château, c'est vraiment d'apporter une contribution et une réponse possible à ce changement climatique.

Il ajoute qu'il faut "donner des outils supplémentaires pour que l'on puisse reconstituer nos forêts avec ces évolutions, qui sont la hausse importante des températures et les déficits hydriques, notamment en période estivale."

 

Greffes et vergers à graines

Au-delà du greffage, pour répliquer, et donc préserver, à l'infini les individus sélectionnés, il existe aussi une graineterie. Le procédé consiste, ici, à cueillir les fruits des arbres, les sécher puis les stocker pour les plantations à venir. 

Le verger à graines ne sert qu'à produire de la graine pour alimenter les pépiniéristes qui produiront des plants plus tard. Ces graines serviront à faire des forêts, bien évidemment.

Sébastien Guérinet

Chargé de recherche et de développement au PNRGF

À Peyrat-le-Château, il existe deux vergers à graines publics, qui stocke les semences de pin sylvestre et de cèdre de l'Atlas. Tandis que le pin maritime, est lui, conservé par un verger à graine privé

95% de forêt privées en Limousin

En Limousin, 35 000 hectares de forêt sont gérés par l'ONF soit 5 % de tout le massif forestier français. Mais selon Patrick Puyfrenier, président du Syndicat des forestiers privés du Limousin, l'essentiel de la forêt Limousine, qui représente à elle seule 574 000 hectares, reste gérée par 160 000 propriétaires privés. 

De plus, il semble de plus en plus difficile de porter la casquette de propriétaire forestiers car selon Patrick Puyfrenier, "il faut en permanence se projeter sur l'avenir. Il faut faire des choix à très longs termes, en fonction de divers paramètres : le climat, le sol, l'eau, l'environnement...".

Je crois que, lorsque les Limougeauds ont vu les fumées émises à 250 km durant l'été et ont ressenti les odeurs de brûlés pendant plusieurs semaines, ils ont bien perçu que nous étions confrontés à un risque. 

Patrick Puygrenier

Président du syndicat des forestiers privés du Limousin

Selon le président du Syndicat des forestiers privés du Limousin, la forêt limousine, tout comme la forêt française serait en expansion permanente (80 000 hectares supplémentaires chaque année) mais elle reste tout de même confrontée aux changements climatiques.

"Nous percevons les effets du réchauffement climatique avec par exemple, le dépérissement du châtaignier mais aussi du chêne, les attaques sanitaires qui concernent les pins de Vancouver et les épicéas. Mais les forestiers sont à l'action, puisqu'ils ont choisi depuis des années, d'implanter de nouvelles essences tels que le pin laricio de Corse, le cèdre. Ils ont aussi choisi de s'investir dans des recherches génétiques et surtout d'assurer une gestion durable par des éclaircies plus fortes" précise Patrick Puygrenier, président du Syndicat des forestiers privés du Limousin.

durée de la vidéo : 00h02mn53s
Page environnement sur la pépinière de l'ONF en Haute-Vienne (87) ©Carole Maillard/ France Télévisions

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité