VIDEO. Patrimoine : plongez au cœur de l’histoire des prestigieuses demeures de Saint-Junien

Publié le Mis à jour le
Écrit par Robin Spiquel .
durée de la vidéo : 03min 59
A Saint-Junien, l'histoire industrielle habite encore les rues de la commune. Ces grandes demeures bourgeoises rappellent le passé de cité de mégisserie et de tannerie. Elles appartenaient aux grands industriels. ©Nicolas Chigot, Lola Bodin et Sébastien Bugeaud

La cité de Saint-Junien porte encore les traces de son passé industriel. De grandes maisons luxueuses ont été construites au 19e et au 20e siècle par les riches industriels de la commune. À travers leur histoire, c'est toute la grande époque des mégisseries et des tanneries qui resurgit.

Impossible de les rater à l’entrée de Saint-Junien. Ces maisons bourgeoises, qui entourent les entrées de la cité gantière. Derrière chacune d’entre elle se trouve une histoire, intimement liée à l’ère industrielle de la commune.

Sur ce portail, non loin du centre-bourg, trônent encore ses initiales. Un F et R, pour François Raymond. Au 19e siècle, ce modeste gantier va être à l’origine de la plus importante mégisserie de Saint-Junien. Elle emploiera jusqu’à 400 employés dans les années 1900.

En 1892, il acquiert une vaste parcelle aux portes de la ville. Il va y faire construire une demeure prestigieuse et surtout y aménager un grand parc, aujourd’hui morcelé. On y trouve actuellement la cité Rochebrune.

André Desselas, le milliardaire 

En 1905, loin de New York  il a ouvert un comptoir, André Desselas, riche industriel saint-juniaud fait construire une somptueuse demeure. Une réalisation à la hauteur de sa fortune.

C’est une demeure d’apparat. Il a un bureau qui est peint par le peintre local Jean Teillet, le même qui a peint le salon d’honneur de la préfecture de la Haute-Vienne en 1912.

Thierry Granet, adjoint au patrimoine mairie de Saint-Junien

L’emplacement de cette bâtisse n’est pas laissé au hasard. En surplomb, des usines en bord de Vienne, elle était visible par tous les ouvriers. « Elle affiche bien ici qui est le patron » insiste Thierry Granet, l’adjoint au patrimoine de la commune.

Prospérité et exploitation ouvrière 

Cette réussite économique s’est en effet opérée grâce à l’exploitation d’une classe ouvrière peu protégée à cette époque. Au début du 20e siècle « il n’y avait quasiment aucune loi sociale. Les semaines de travail faisaient 60 heures, voire plus et les paies sont très faibles sur Saint-Junien contrairement aux autres centres mégissiers » explique l’historien Vincent Brousse.

Une opulence qui s’éteindra peu à peu, à la suite des Guerres Mondiales et à la crise de la mégisserie. Restent ces demeures, vestiges d’une époque. On en dénombre une quarantaine aujourd’hui sur la commune. 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité