Une centaine de malades à la cité scolaire Darnet de Saint-Yrieix-la-Perche : une gastro à l’origine des symptômes

Fin janvier, une centaine de personnes de la cité scolaire Darnet a été victime de nausées, de maux de ventre et de fièvre en trois jours. Fermé, l'établissement a été désinfecté et l'ARS a mené ses investigations. Une gastro-entérite "manuporté" serait à l'origine de ces maux.

Cité scolaire Darnet de Saint-Yrieix-la-Perche (Haute-Vienne)
Cité scolaire Darnet de Saint-Yrieix-la-Perche (Haute-Vienne) © Franck Petit - France Télévisions

La cité scolaire Darnet de Saint-Yrieix-la-Perche a pu rouvrir ses portes, comme tous les autres établissements scolaires de la zone A, ce lundi 22 février. Ce lycée-collège avait dû fermer une semaine avant les vacances de février après qu’une centaine de personnes - élèves, professeurs et membres du personnel administratif - a été victime de multiples symptômes : nausées, vomissements, maux de ventre ou encore de fièvre. Plusieurs pistes avaient alors été avancées. Aujourd’hui, l’Agence Régionale de Santé (ARS) suppose un virus de gastro-entérite transmis par les mains. On fait le point.

Tout a commencé dans la nuit du mercredi 27 au jeudi 28 janvier quand les premières personnes ont ressenti des symptômes gastro-intestinaux. Puis, dans la matinée, plusieurs dizaines d'élèves, mais aussi des professeurs et du personnel administratif de la cité scolaire Darnet ont présenté le même type de maux : des vomissements, des nausées, des maux de têtes ou des douleurs abdominales. Au total, jusqu’à samedi 29 janvier, une centaine de personnes a été victime d’une contamination à l’origine, alors, inconnue.

Reportage - Une infection non-identifiée fin janvier à la cité scolaire Darnet 

Une centaine de personnes malades dans la cité scolaire Darnet à Saint-Yrieix-la-Perche ©France Télévisions

Un virus de gastro-entérite "manuporté"

L’établissement a fermé ses portes dès le lundi 1er février et n’a pas rouvert jusqu’aux vacances, prévues le samedi suivant. Le but étant de permettre  l'investigation menée par l’ARS et la désinfection totale des locaux. Accompagnée par la direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations (DDCSPP), l’agence de santé explique avoir vérifié l’eau potable et les repas servis à la cantine. Des médecins ont également examiné les selles de certains malades. "Pas de problèmes particuliers", constaté du côté de l’hygiène de l’eau et des aliments, indique Florian Besse, directeur adjoint de l'ARS Haute-Vienne.

L’hypothèse la plus probable est une contamination virale par un virus de type gastro-entérite manuporté

Florian Besse, directeur adjoint ARS Haute-Vienne

"Manuporté", ce qui veut dire une transmission du virus par les mains. Les locaux ont été totalement désinfectés, rassure l’agence afin d’assurer une rentrée "sans difficultés" pour les élèves et les personnels de l’établissement. "Toutes les mesures ont été mises en œuvre pour gérer ce risque, souligne Florian Besse. Il n’y a eu, depuis cet épisode, aucun autre signalement dans la commune ou auprès des élèves", conclut-il. Et du côté des personnes touchées, les symptômes avaient tous disparus 24 à 48 heures après leur apparition.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société éducation