Cet article date de plus de 9 ans

Jussiê préserve l'invincibilité des Girondins

Un doublé du Brésilien a permis à Bordeaux de retrouver la victoire (2-1), prolongeant le calvaire de l'OM, samedi soir.
© France TV
video title

L1 : Jussiê préserve l'invincibilité de Bordeaux

Un doublé du Brésilien a permis à Bordeaux de renouer avec la victoire (2-1), prolongeant le calvaire de l'OM,hier soir. Le stade Chaban-Delmas est une forteresse imprenable pour les marseillais depuis près de 35 ans.

Le stade Chaban-Delmas reste une forteresse imprenable pour les Marseillais, depuis près de 35 ans.

Pour l'OM, la loi des séries se poursuit. Les Phocéens n'ont plus gagné en L1 depuis le 29 janvier, soit huit défaites pour quatre nuls, la deuxième plus mauvaise série de leur histoire.

C'est une affiche traditionnellement alléchante. Mais cette saison, elle a nettement moins de saveur, presque un goût de piquette, diraient certains dans le Bordelais, entre deux équipes engluées dans le ventre mou de la Ligue 1, par des parcours chaotiques, privées de Planus et Nguemo d'un côté, Diawara, Amalfitano et Rémy de l'autre.

Pourtant, il ne fallait pas arriver en retard à cette 98e édition, débloquée après 27 secondes par Jussiê - il avait marqué après 29 secondes contre Toulouse.

A l'origine, un une-deux entre Obraniak et Gouffran dont le centre était cafouillé par Mbia pour la plus grande joie du Brésilien qui n'avait plus qu'à pousser le ballon au fond.

Des supporters marseillais résignés

Pour ceux qui avaient raté la scène, le meneur auriverde, souvent décrié pour sa nonchalance, remit le couvert, cette fois à la 29e minute, en récupérant un tir contré de Plasil, et en ajustant Mandanda d'une frappe lourde sous la barre (2-0).

De quoi réchauffer l'ambiance, dans les tribunes mais également sur le terrain -altercation Andre Ayew-Sané -, remonter des Marseillais au moral pas bien haut ces derniers temps, mais qui retrouvaient des couleurs avant la pause, avec Gignac notamment qui butait par trois fois sur Carrasso (39, 40, 45).

Pas suffisant toutefois au goût de leurs supporters, résignés, qui quittaient le stade en catimini pendant la pause. Dommage car s'ils avaient attendu dix minutes de plus, ils auraient pu voir leur OM transfiguré, la réussite de Jordan Ayew aidant.

Si la première mèche du cadet des frères avait trouvé la main ferme de Carrasso (52), la deuxième, à la réception d'un corner de Valbuena, fît mouche pour une réduction du score méritée (2-1, 57).

En terme de possession, face à des Bordelais reculant à vue d'oeil, la balance pencha alors franchement du côté des Olympiens, plus appliqués. Mais les véritables occasions demeuraient girondines, avec cette tête de Gouffran repoussée par Mandanda vers Jussiê, encore là, qui obtenait cette fois un penalty pour une faute partagée de Nkoulou et du portier international (66).

En réussite dans l'exercice depuis un mois (2 sur 2), la tentative de Trémoulinas était repoussée par Mandanda, qui maintenait un intérêt, en vain malgré la pression exercée jusqu'au bout par les hommes de Deschamps.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
girondins de bordeaux football