Grippe aviaire: abattage préventif et zone de surveillance étendue après 4 nouveaux cas de suspicion en Chalosse

La zone de contrôle concerne désormais une centaine de communes des Landes mais aussi des Pyrénées-Atlantiques. A Horsarrieu, Gaujacq, Maylis et Pouillon, des élevages pourraient être infestés. L'abattage préventif de 40 000 volailles d'élevage se poursuit.



 

Canards d'élevage (illustration)
Canards d'élevage (illustration) © France 3 Aquitaine

Selon un arrêté paru au Journal officiel ce mardi, les autorités ont ordonné l'abattage préventif de volailles d'élevage dans une centaine de communes, principalement des Landes mais aussi des Pyrénées-Atlantiques, afin de maîtriser la propagation de la grippe aviaire. Un précédent arrêté, en date du 23 décembre, ordonnait un abattage préventif dans 11 communes des Landes.

"Considérant la propagation du virus responsable de l'influenza aviaire hautement pathogène de sous-type H5N8 dans l'avifaune et sur des volailles d'élevage, en particulier de palmipèdes, dans le département des Landes et la nécessité de prévenir le risque d'extension de l'épizootie", un "abattage préventif est ordonné en vue d'accélérer la maîtrise de l'épizootie", stipule l'arrêté.
    

Le texte qui entre en vigueur ce mardi met notamment en avant "la forte densité d'élevages de volailles dans le département des Landes". Les "publics concernés" sont "l'ensemble des détenteurs d'oiseaux (volailles, oiseaux d'ornement, gibier et faune sauvage captive), les vétérinaires, les laboratoires d'analyses départementaux, les professionnels de l'aviculture, les entreprises d'équarrissage et d'abattage".
   

JORF 29 décembre 2020

Encore 4 cas en Chalosse?

La semaine dernière, des abattages préventifs massifs de 40.000 canards dans les Landes avaient été ordonnés (et se poursuivent) pour juguler la propagation de la grippe aviaire, détectée dans 18 foyers en France dont 7 dans les landes.

Et dernièrement, encore en Chalosse, quatre autres élevages font l'objet de suspicion d'Influenza aviaire, à Horsarrieu, Gaujacq, Maylis et Pouillon. Des élevages qui se trouvent à quelques kilomètres seulement des deux cas confirmés de Sort-en-Chalosse et Bergouey.

C'est pourquoi la zone de contrôle temporaire est mise en place et dernièrement étendue autour des foyers d'infection puis de surveillance.

Des cercles concentriques

Il ne s'agit pas d'abattre systématique toutes les animaux de cette centaine de communes. Selon Marie-Hélène Cazaubon, présidente de la Chambre agriculture des Landes : "ce virus est plus fort que ce qu'on a pu connaître auparavant. C'est pour cela qu'il faut agir très vite pour la protection des autres élevages".

Et la présidente de rappeler le système mis en place. Autour d'un foyer d'Influenza aviaire, c'est tous les volatiles sur 1 km autour qui sont abattus. Puis, 3 kilomètres alentours (zone de protection), c'est tous les palmipèdes. Ensuite, une zone de surveillance particulière est organisée sur les 10 kilomètres autour des zones infestées.

 

C'est pour cela que tout de ces animaux dans ces zones sont interdits, "uniquement après analyses"et des mesures sanitaires strictes doivent y être observées. Et elle le rappelle, chaque élevage abattu préventivement fait également l'objet d'analyses pour suivre l'évolution de ce virus H5N8 particulièrement coriace cette année...

Selon le ministère de l'agriculture "la traçabilité des mouvements en amont et en aval des élevages infectés permet d’identifier à la fois les facteurs de risque et d’autres élevages potentiellement exposés, dans lesquels des prélèvements sont effectués pour rechercher le virus".

Un point du ministère au 28 décembre

"À la date du 28 décembre, 18 foyers d’H5N8 sont recensés. Après des foyers en Corse et dans les Yvelines, 10 élevages sont aujourd’hui contaminés dont 7 dans les Landes, dans les communes de Benesse-Maremne, Saint-Geours-de-Maremne, Angresse, Sort-en-Chalosse et Bergouey situées à proximité de zones humides propices aux regroupements d’oiseaux sauvages. 1 en Vendée (Saint-Maurice-des-Noues) et 1 dans les Deux-Sèvres (Saint Sauveur-sur-Bressuire). Un foyer d’Influenza aviaire a par ailleurs été confirmé dans le département des Hautes Pyrénées le 23 décembre".

Les nouveaux cas en Chalosse, un territoire à forte densité avicole, a nécessité "d’adapter la stratégie de prévention de la maladie afin d’éviter au maximum du possible une forte propagation du virus".

La situation en France au 28 décembre


Comme plusieurs pays d'Europe, la France est confrontée à un épisode d'influenza aviaire hautement pathogène (IAHP) depuis la mi-novembre. 
Le virus en cause (H5N8) atteint exclusivement les oiseaux. Il n'est pas transmissible à l'homme. La maladie circule activement dans la faune sauvage et se manifeste à l'occasion des migrations vers le Sud. 
  

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
grippe aviaire agriculture économie