Landes : la surveillance prolongée sur certaines plages

Certaines communes des Landes, comme celle de Vieux-Boucau ont décidé de prolonger la surveillance de leurs plages. Une manière de répondre à la forte fréquentation de ce début d'automne et d'encourager le tourisme dans les stations balnéaires landaises.

Après un été plutôt maussade, sur le littoral landais en ce début d’automne le soleil et le ciel bleu sont au rendez-vous et les vacanciers aussi. Alors, pour la deuxième année consécutive, la commune de Vieux-Boucau a décidé de prolonger la surveillance de sa plage centrale.

Si la plage est surveillée de 12 h 30 à 18 h 30 tous les jours jusqu’au 26 septembre, une équipe réduite de maîtres-nageurs sauveteurs sera également présente tous les week-ends du mois d’octobre.
 

Stéphanie Barneix, chargée de mission au syndicat mixte des baignades landaises, le rappelle "il y a des consignes à respecter pour profiter de la plage en toute sécurité." Les nageurs sauveteurs seront donc là pour y veiller et pour tenir à jour quotidiennement les panneaux sur lesquels sont inscrites les informations relatives aux marées, à la température de l'eau ou bien de l'air. 

Car sur la côte, la baignade peut être dangereuse. Si les Landais connaissent bien les phénomènes des baïnes ce n'est pas toujours le cas des vacanciers. Au début du mois de septembre, la préfecture de la Nouvelle-Aquitaine avait même dû lancer une alerte aux baïnes

Répondre à la demande touristique 

Une surveillance prolongée qui coûte 30.000 € à la commune. Pour le maire de la station balnéaire, Pierre Froustey, c’est un investissement qui se justifie « il ne faut plus considérer seulement la saison estivale, mais aussi cette période durant laquelle, dès que les conditions le permettent, les gens affluent."

Vieux-Boucau compte 4.000 résidences secondaires pour 1.000 résidences principales. Alors Pierre Froustey, se réjouit que de plus en plus de touristes fréquentent la côte en dehors de la haute saison. 

Un service de surveillance pourrait donc également être assuré quotidiennement pendant les vacances de la Toussaint, la décision sera prise en fonction des réservations, de la fréquentation et de la météo. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
tourisme économie sécurité