Kendji Girac. "L'opération s'est bien passée" : pas d'audition, mais l'enquête "pour tentative d'homicide volontaire" se poursuit

Ce mardi soir, le manager a fait savoir que le chanteur "allait bien". La veille, le parquet avait fait part de nouvelles informations concernant l'enquête. Il donnait des précisions sur les circonstances de la découverte à Biscarrosse (Landes), l'intervention des secours et les premiers éléments recueillis et analysés. Le point.

Le chanteur Kendji Girac, blessé par balle lundi dans des circonstances encore floues, "va bien" et est "tiré d'affaire", a déclaré mardi son manager à l'AFP, ce qui doit permettre aux enquêteurs de l'entendre au "plus tôt" selon une source proche du dossier. "L'opération s'est bien passée", a précisé mardi Hakim Nassouh, ajoutant que l'entourage du chanteur communiquerait "en temps utile". 

Selon une source gendarmerie, malgré son état stationnaire, aucune audition n'aurait toutefois été possible ce mardi, sur conseil du milieu médical. 

Les précisions du parquet lundi soir

Olivier Janson, procureur de la République de Mont-de-Marsan, apporte des précisions sur les faits survenus très tôt, ce lundi 22 avril au matin, sur la commune de Biscarrosse. Comme évoqué dès le début de l'affaire, les secours ont été appelés peu avant 5 h 30 pour secourir une personne blessée par balle sur l'aire d'accueil des gens du voyage de Biscarrosse. Arrivés sur place, les équipes du SAMU constatent qu'il s'agit de Kendji Girac, de son vrai nom Kendji Maille. 

La blessure par balle 

Des précisions sont apportées sur la blessure du chanteur par arme à feu. La plaie a été "provoquée par un projectile pénétrant au niveau de la cage thoracique". La balle est ressortie par le dos.

La justice confirme les propos des proches sur le site ce lundi matin, à savoir que le chanteur était conscient lorsqu'il a été transféré, dans un état grave, au centre hospitalier de Pessac. 

Circonstances confuses

Les services de gendarmerie sont appelés sur place peu après 6 h 30. Le parquet précise que les témoignages recueillis sur site auprès des occupants des 80 caravanes présentes, "appartenant toutes à des membres de la famille ou à des proches de Kendji GIRAC", paraissaient confus, tant sur les circonstances des faits que sur le lieu exact où ils s'étaient produits. L'arme utilisée avait, par ailleurs, disparu." 

L'enquête ouverte "pour tentative d'homicide volontaire" par le parquet de Mont-de-Marsan est conduite dès lors par la brigade de recherches de Parentis-en-Born et la section de recherches de Pau. "L'état de santé de Kendji Girac ne permettait pas de procéder à son audition sur procès-verbal. Pour autant, il parvenait à indiquer brièvement aux enquêteurs, qui s'étaient rendus à son chevet, qu'il s'agissait d'un tir qu'il qualifiait d'accidentel, qu'il aurait lui-même provoqué en manipulant un pistolet automatique de calibre 11 acheté peu auparavant". 

Le communiqué de la justice précise que le chanteur n'explique pas les circonstances de cet achat ni les raisons qui l'auraient encouragé à utiliser cette arme en plein milieu de la nuit.

Si les sources gendarmeries précisaient vers 9 H 30, ce lundi matin, que les jours du chanteur n'étaient plus en danger, la justice ne communique aucune information concernant l'état de santé du chanteur ce lundi soir. 

L'enquête se poursuit pour tenter de comprendre les circonstances de ce drame : "examens techniques, balistiques et médico-légaux et recueil de témoignages," notamment celui de la compagne du chanteur réalisée ce lundi.   

Confirmation d'une arme retrouvée sur place

Concernant la piste d'une arme retrouvée à Biscarrosse dont nous parlions précédemment, la justice précise que l'objet a été identifié "sur indication de la famille (...) et fait l'objet d'analyses."
Prochaine étape très attendue pour faire la lumière sur cette nuit : l'audition du chanteur qui "sera effectuée dès que son état de santé le permettra." 

Récit : Alexandra Filliot, Nathalie Perez