"Les secours ne sont plus suffisants, les Landais sont en danger". En grève, les pompiers se mobilisent dans les Landes

Ils dénoncent le manque d'effectifs dans leurs rangs. Une trentaine de pompiers du SDIS des Landes s'est rassemblée ce lundi devant le Conseil départemental des Landes, à l'occasion des vœux institutionnels de Xavier Fortinon.

Le goûter est de saison : une galette des rois. Elle était offerte ce lundi par une trentaine de pompiers des Landes, rassemblés devant le Conseil départemental. Mais l'idée n'était pas d'organiser un rassemblement festif. Les pompiers sont en colère, depuis déjà plusieurs semaines.

S'ils se sont réunis, c'est pour interpeller le département sur le manque de moyens humains et financiers alloués au SDIS. "En 2022 nous étions là, donnez nous les moyens de continuer à être là", écrivent dans un tract la CGT et la fédération autonome SPP - PATS, photo des grands incendies de l'été 2022 à l'appui. 

"Les pompiers mettent plus de temps à arriver"

"On fait plein de réunions, mais on voit bien qu'on nous entend, mais qu'on ne nous écoute pas, déplore l'adjudant Sandy Leroy, pompier au centre de secours de Biscarrosse.  L'année dernière, on a fait près de 40 000 interventions. Toutes les cartes du département sont en rouge au Codis. On le dénonce depuis des mois, aujourd'hui, on dit stop", poursuit ce représentant de la CGT. . 

 Aujourd'hui, on interpelle les élus en leur disant que tous les Landais et Landaises sont en danger. Les secours ne sont plus suffisants.

Adjudant Sandy Leroy

Pompier du SDIS 40, CGT

"Les secours se dégradent dans les Landes, renchérit Nicolas Chevalier, représentant de la FA/SPP-PATS. La conséquence majeure pour nos concitoyens, et ils le ressentent, c'est que les pompiers mettent plus de temps à arriver, car le délai d'intervention est plus long. Ce n'est pas qu'une impression : quand une caserne ne peut pas couvrir un secteur, c'est celle d'à côté qui le couvre". 

Entre 2022 et 2024, on a pris 5 000 interventions, qui ne sont pas couvertes par les augmentations d'effectifs qu'on a obtenues en 2022. 

Nicolas Chevalier

Président du FA/SPP-PATS du SDIS 40

Un SDIS en surchauffe

Le conflit dure depuis plusieurs le 2 janvier, date à laquelle à un appel à la grève illimitée a été lancé. Quelques jours plus tard, le SDIS 40 interpellait les élus locaux dans une lettre ouverte, alertant sur "système de secours en surchauffe". 

"Par manque de budget, nous ne pouvons plus financer l’évolution nécessaire des effectifs de sapeurs-pompiers professionnels pour faire face à la réalité opérationnelle et délivrer des secours de qualité aux Landais", prévenaient les syndicats.