• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Le Limousin à l'heure des restrictions d'eau

illustration / © KENZO TRIBOUILLARD / AFP
illustration / © KENZO TRIBOUILLARD / AFP

La sécheresse devient préoccupante dans les trois départements du Limousin.
En Haute-Vienne, en Creuse et en Corrèze les autorités appellent à un usage parcimonieux des ressources en eau encore disponibles.

Par Pascal Coussy

En Creuse


C'est dans ce département que la situation est la plus préoccupante.

Ce mercredi 24 juillet 2019 la préfecture évoque "une sécheresse exceptionnelle" et un "contexte préoccupant".
Elle appelle à encore plus de civisme et de vigilance dans l'usage de l'eau.

Un "comité sécheresse" réuni ce matin a constaté que la situation continuue à se détériorer, avec de nombreuses rivières à sec ou presque à sec, dont des cours d’eau importants comme la Tardes ou le Cher, des sources qui se tarissent, et des niveaux d’eaux souterraines en forte baisse. Le nouvel épisode caniculaire actuel aggrave encore ce phénomène.

Dans ce contexte, une série de nouvelles mesures ont été adoptées pour subvenir aux besoins prioritaires : 

. Certains anciens captages pour l’eau potable du département, abandonnés par le passé, pourraient être remis en service pour assurer l’abreuvement du bétail sous réserve de vérification de la qualité de l’eau.
. Des contacts sont pris avec les spécialistes du Bureau de Recherches Géologiques et Minières pour identifier des ressources souterraines complémentaires.
. Une assistance appuyée est apportée par les services de l’État aux collectivités dont les ressources pour l’eau potable risquent de devenir insuffisantes.
A Guéret on étudie la possibilité d’utiliser une réserve existante sur le Maupuy, voire de transporter de l’eau par camions citernes.
A Gouzon des forages anciens sont remis en service.
. Compte tenu de la sévérité de la crise actuelle, les dérogations à l’interdiction de prélèvement ne sont accordées qu’au "compte-goutte" : il ne peut s’agir que de dérogations au profit de professionnels dont l’activité est totalement dépendante de la fourniture d’eau, et à la condition expresse que le
milieu naturel, ou le réseau d’eau potable, puisse supporter le prélèvement
.

Tous les prélèvements d'eau considérés comme non prioritaires restent bien évidemment strictement interdits.
 

En Haute-Vienne


Ces derniers jours les débits de plusieurs cours d’eau de la Haute-Vienne ont encore fortement diminué et la pluviométrie du département reste très déficitaire par rapport aux normales saisonnières.

Désormais le bon fonctionnement des écosystèmes aquatiques est menacé. Les prévisions météorologiques des prochains jours n’annoncent pas de précipitations susceptibles d’améliorer cette situation.

Le préfet de Haute-Vienne à donc déclenché l'état de "crise renforcée" hier mardi 23 juillet.

Sont désormais interdits :

. l’arrosage des espaces publics ou privés tels que pelouses, terrains de sports, espaces verts, jardins d’agrément ou potagers, sauf eau issue d’un système de récupération d’eau de pluie.
. le lavage des véhicules, hors stations de lavage spécialisées, sauf obligations sanitaires.
. la vidange et le remplissage des piscines sauf ajustement du niveau et sauf renouvellement d’eau pour des impératifs sanitaires des piscines ouvertes au public.
. le lavage des trottoirs et voies publiques, hors impératifs sanitaires.
. le lavage des terrasses, toitures, ou autres éléments immobiliers privés.
. les prélèvements dans le milieu naturel (eaux superficielles et souterraines) sauf industriels régis par une décision administrative. Les prélèvements satisfaisants les besoins en eau d’activités professionnelles de productions horticoles, maraîchères et arboricoles sont limités à une plage horaire comprise entre 20h00 et 8h00.
. la manoeuvre des vannes des seuils et barrages, à l’exception des barrages hydroélectriques EDF.
. le remplissage et la vidange des plans d’eau, hors retenues hydroélectriques EDF.
. les pêches électriques sauf pêche de sauvetage.

Sont exclus du champ d’application de l’arrêté préfectoral de restrictions :

. les usages prioritaires qui correspondent aux prélèvements destinés à la production en eau potable, à l’abreuvement du bétail et à la défense incendie 
. les prélèvements d’eau sur les plans d’eau reconnus par l’administration en gestion déconnectée du milieu naturel.
 

En Corrèze


Depuis le 18 juillet un plan d’alerte est activé sur le territoire des bassins hydrographiques de la Dordogne amont, de la Vézère amont, de la Vienne et de la Xaintrie.

Ce plan comporte un certain nombre de restrictons des usages de l’eau :

. l’arrosage des pelouses, des espaces verts publics et privés, des jardins d’agrément, des jardins potagers et des espaces sportifs de toute nature, est interdit de 10h00 à 20h00.
. le remplissage des piscines à usage privatif (hors remise à niveau) y compris les piscines gonflables ou démontables est interdit, sauf dérogation délivrée par le gestionnaire du réseau d'alimentaton en eau potable.
. le lavage des véhicules publics et privés hors des stations de lavage professionnelles est interdit, sauf pour les véhicules ayant une obligaton réglementaire (véhicules sanitaires ou alimentaires) ou technique (bétonnière…) et pour les organismes liés à la sécurité.
. le lavage des voies publiques et des trottoirs est interdit sauf pour des motifs de sécurité des usagers.
. les manoeuvres de vannes des barrages, et le remplissage ou la vidange des plans d’eau sont interdits. Cette interdicton ne s’applique pas aux retenues gérées par EDF et la SHEM.

A noter : une carte des services de l'Etat permet de suivre l'évolution de la situation des mesures de restriction d'eau.

Situation au 24-07-2019 à 11h00 :
 
© Ministère du Développement Durable
© Ministère du Développement Durable

 

Sur le même sujet

Intervention du Procureur de la République de Mont-de-Marsan

Les + Lus