Marmande accuse le coup après l'annulation du festival Garorock en juin 21

Garorock annulé, c'est tout un pan de l'économie marmandaise qui s'effondre. Le directeur du festival préfère renoncer, les mesures sanitaires imposées n'étant pas compatibles avec l'ADN de Garorock. Comment réagit la ville lot-et-garonnaise ? Commerçants, hôteliers et artistes accusent le coup. 

© F3 Aquitaine

L'an dernier déjà, le festival avait été annulé face à la pandémie de Covid-19. Même cause, même punition.  Les mesures annoncées par Roselyne Bachelot  vendredi contraignent les organisateurs à renoncer à l'édition 21.

 

 


Un coup dur pour les Marmandais comme Tatiana : 

Garorock, c'est une partie de Marmande. S'il n'y a pas Garo, il n'y a pas énormément d'animation.  

Garorock fait du bruit à Marmande depuis  97. D'abord installé dans les anciens abattoirs de la commune, la fête a pris ses habitudes sur la plaine de la Filhole. Cinquième plus grand rendez-vous de France, Garorock est la locomotive culturelle de la ville et contribue à sa notoriété.  Le maire, Joël Hocquelet déplore l'annulation de l'édition 21. 

Marmande, c'est une ville moyenne, 18 000 habitants. Avoir un festival comme ça, aussi dynamique, ça montre que sur nos territoires ruraux, on peut être dynamique.

 

© F3 Aquitaine

 

Déficit d'image et pertes économiques. Le panier moyen que dépense chacun de 162.000 festivaliers s'élève à 40 euros. Une manne pour la supérette située à quelques mètres des concerts. Ibrahima Guissé, employé,  ne cache pas sa déception : 

On est frustrés car on reçoit 10 à 20 000 clients en trois jours. On fait en trois jours, le chiffre qu'on fait en un mois.

 

Le couple Charret est propriétaire de l'Hôtel La Couronne depuis juin dernier. Depuis l'annonce de vendredi, il reçoit des appels d'annulation : 

Depuis ce matin, toutes les annulations arrivent. Des personnes qui avaient réservé sur une semaine pour Garorock.

Une quinzaine d'annulations déjà pour une perte nette de 700 euros par semaine et par chambre. Mais la déflagration touche aussi les artistes locaux.

Le groupe marmandais So Unity
Le groupe marmandais So Unity © F3 Aquitaine

 

Le groupe So Unity espérait bien en être.
 

Il y avait de l'espoir, oui ! Garorock, c'est pas une expérience commune. La scène Garorock, c'est vraiment la scène où il  y a tous les gros groupes. Et ça aurait pu être sympa pour nous.  On ne sait pas où on va. On parle des festivals mais on ne sait pas si on va pouvoir jouer dans les bars. On bosse, on répète, on se fait plaisir. 

 

 

Seule perspective désormais, un scénario bis pour faire vivre, malgré tout, l'esprit Garorock. En avril dernier, les organisateurs avaient été obligés d'annuler en pleine pandémie de Covid-19 mais ils avaient orchestré une édition  limitée en septembre. Un Rendez-vous est prévu entre la Mairie et les organisateurs du festival.
 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
festival garorock culture musique