Mugak ireki! Ouvrez les frontières ! Une pétition demande la réouverture des frontières avec l'Espagne

L’association Iparra Egoa a lancé une pétition en ligne pour demander aux gouvernements français et espagnol d’ouvrir les frontières dès que possible.

Poste frontière de Biriatou dans les Pyrénées-Atlantiques
Poste frontière de Biriatou dans les Pyrénées-Atlantiques © Google Maps
À  ce jour,  cette pétition a recueilli plus de 1500 signatures.
L’association dénonce le fait que pour les habitants du Pays basque nord le rayon de libre circulation de 100 kilomètres n’est pas une réalité. Ils ne peuvent ni aller vers le sud à cause de la fermeture de la frontière ni vers l’ouest à cause de la mer.

Iparra Egoa estime que cette situation entrave la circulation des travailleurs transfrontaliers et a des conséquences économiques, culturelles et relationnelles. La pétition demande aussi à la Communauté d’agglomération Pays basque et aux gouvernements basque et navarrais de rejoindre cette démarche.

Réevaluation de la situation le 15 juin

Dans le même esprit, à la frontière allemande, le président de la région Grand Est, Jean Rottner a demandé hier la réouverture de la frontière entre la France et l'Allemagne avant le 15 juin. A la différence de l’Allemagne qui a annoncé un assouplissement des contrôles aux frontières à partir du 16 mai, l’Espagne n’envisage pas pour l’instant de telles mesures. Selon l’agence de presse Reuters, l’Espagne devrait maintenir ses frontières fermées jusqu’en juillet.
Le préfet des Pyrénées Atlantiques indique que les dispositions frontalières n’ont pas évolué avec la levée progressive du confinement. Une réévaluation sera opérée au niveau européen le 15 juin. 

 Les déplacements transfrontaliers dans le sens France/Espagne et Espagne/France restent autorisés pour les personnes suivantes :
• les travailleurs transfrontaliers, sur la base de justificatifs de domicile et d’emploi ainsi que l’attestation de déplacement internationale (document pérenne); les professionnels de santé et diplomates, les équipages marins ;
• les déplacements dans le cadre du droit de garde, de visite, d’hébergement et de scolarité d’un enfant ou d’un parent dans un EHPAD ;
• les transporteurs internationaux de marchandises munis du certificat européen (CE) ;
• les ressortissants de l’espace européens et ressortissants de pays tiers détenteurs d’un titre de séjour
qui rejoignent leur domicile dans l’un des deux pays, ainsi que leurs enfants et conjoints.

Il en découle que l’accès aux ventas est interdit aux ressortissants français. La préfecture met en garde d'éventuels fraudeurs et indique que les contrôles seront renforcés au cours des prochains jours.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
pays basque société espagne international coronavirus santé déconfinement
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter