Mort du petit Lilian, étouffé par une saucisse Herta : la justice ordonne une expertise

Publié le Mis à jour le
Écrit par MK

 Le tribunal correctionnel de Dax a repoussé son délibéré au 11 octobre dans l'affaire Herta.  L'industriel est poursuivi par les parents du jeune Lilian, 2 ans et demi,  mort étouffé en ingérant une saucisse Knacki en 2014. Une expertise doit être menée pour déterminer la dangerosité du produit.

La société Herta est poursuivie pour "homicide involontaire par personne morale par violation manifestement délibérée d'une obligation de sécurité ou de prudence". Des poursuites avaient été engagées après la mort d'un enfant de deux ans et demi, qui s'était étouffé avec un morceau de saucisse. L'audience s'était tenue le 25 janvier, au tribunal correctionnel de Dax.

Un expert est nommé

Le délibéré, prévu pour ce 8 février a été repoussé au 11 octobre. Le tribunal correctionnel de Dax a nommé un expert dans l'affaire opposant les parents du petit Lilian à l'industriel Herta. A charge pour ce dernier de décrire la composition des saucisses Knacki de la marque Herta, et d'établir si ces dernières comportent des dangers. Après la mort de leur fils, les parties civiles reprochent notamment à l'industriel de ne pas avoir suffisamment mis en garde les consommateurs sur les éventuels risques encourus lors de leur ingestion, et relèvent que le diamètre des saucisses et leur "caractère spongieux" ne sont pas adaptés aux voies digestives des enfants.

Un enfant mort en 2014

Les faits remontent à l'été 2014. Vincent et Florence Lerbey sont en vacances sur la côte landaise, à Messanges avec leurs deux enfants. Le 11 août, le jeune Lilian, âgé de 2 ans et 11 mois s'étouffe, en mangeant une saucisse Knacki, préalablement coupée en rondelles. Les parents de l'enfant appellent les secours et, aidés d'une amie infirmière, tentent par tous les moyens d'expulser le morceau de viande qui empêche le petit Lilian de respirer.  Lorsque l'amie infirmière y parvient à l'aide d'une pince de Magill, il est trop tard. Les secours ne parviennent pas à réanimer l'enfant, qui décède.

Alerter du danger potentiel

Ce procès a pour but, assurent les parents de la victime, d'alerter le plus grand nombre sur les dangers potentiels de ces fameuses saucisses, prisées des enfants et d'apparence anodine. "Le diamètre de ces saucisses correspond à l'œsophage des plus petits et leur matière spongieuse peut se coller à la trachée", précisait Me Courtois à France 3 Aquitaine, à l'issue de l'audience.  

 En 2018, la justice avait reconnu la responsabilité de la société Herta dans le handicap d'une fillette de trois ans, qui s'était elle aussi étouffée avec des "Knacki ball".