Cet article date de plus de 6 ans

Anglet : le Luno sur la terre ferme

Les opérations de démantèlement du cargo espagnol, échoué depuis le début du mois de février dernier, ont progressé. En effet, ce matin ce qui est nommé le "château" du Luno repose sur le sable de la plage des Cavaliers. Cette partie de l'épave était encastrée au bout du brise lame à demie immergée.

Le "château", la partie arrière du navire, centre de commandement de toute l'activité du navire, est maintenant sur le sable. Il était essentiel de commencer la découpe par cette partie du navire. Le château renferme du matériel électronique, la machinerie, les câblages du navire. Il faut tout extraire avant de procéder au découpage de la coque.
Le "château", la partie arrière du navire, centre de commandement de toute l'activité du navire, est maintenant sur le sable. Il était essentiel de commencer la découpe par cette partie du navire. Le château renferme du matériel électronique, la machinerie, les câblages du navire. Il faut tout extraire avant de procéder au découpage de la coque. © France 3 aquitaine
L'opération pour extraire la partie arrière du navire a commencé samedi tard dans la soirée, pour se terminer ce matin. La première étape du démantèlement est bien avancée, en effet, il faut ramener toutes les parties du bateau sur la plage pour pouvoir procéder à la découpe de ces tonnes de métal. Centimètre par centimètre, heure après heure, la carcasse du château a été tirée vers la plage durant tout ce week-end, jour et nuit.

Le château en premier

Cette partie est la plus essentielle de la structure, en effet c'est dans cette partie que siège le centre nerveux du bateau. La timonerie en premier lieu, équipée d'appareillages électronique et de navigation, tout ce matériel va être extrait. Ensuite la partie arrière du bateau reçoit tous les lieux de vie du navire, les lieux de stockage, la machinerie du bateau et les réservoirs de carburant. La présence du château sur le sable va permettre aux entreprises néerlandaises présentes de procéder à la récupération de tous ces éléments. Non pas qu'ils soient récupérables, la nature de l'eau de mer a fait sous oeuvre sur le matériel, la corrosion saline a eu raison de tout ce matériel, mais ils doivent les extraire pour aboutir à mettre à nu la coque seule. Les ouvriers ne peuvent pas procéder au découpage de la structure sans avoir au préalable  déposer ce matériel.

La découpe de la coque ne pourra ainsi débuter. Pour cela, les ouvriers métallurgistes feront usage de torche thermique, un procédé très efficace pour la découpe de l'acier. La combustion d'une tige de métal dans un long tube alimenté par de l'oxygène pur provoque un point de chaleur très efficace, posée sur la coque cette combustion de la tige entraîne la fusion du métal en contact avec la torche. 

Ainsi découpée, la coque est réduite en plaques de métal transportables puis mises sur le marché pour alimenter les fonderies autour de Bayonne et ailleurs en matière première. Toute la matière métallique du navire est recyclable, des tonnes de fer sont à extraire mais pour cela, il faudra au préalable hisser la cale avant et centrale du cargo, et enfin la partie arrière de la cale pour remettre les abords de la plage des Cavaliers à l'état de nature avant le naufrage.

durée de la vidéo: 00 min 58
Le luno sur la plage d'Anglet

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
mer pays basque archives