• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Bayonne “ville morte” : le centre historique bouclé par un millier de gendarmes en vue de manifestations anti-G7

Les halles de Bayonne sous haute surveillance, comme l'ensemble de la vieille ville. / © Christine Le Hesran
Les halles de Bayonne sous haute surveillance, comme l'ensemble de la vieille ville. / © Christine Le Hesran

La ville de Bayonne s’est réveillé ce matin envahie par les forces de l’ordre de l’ordre : un millier de personnes, principalement des gendarmes, mobilisés pour faire face à des manifestants anti G7. 

Par CHL et AR

Un cortège impressionnant de motards de la gendarmerie équipés de matraques et prêts à intervenir passe devant la mairie de Bayonne. Il est neuf heures, ce samedi 24 août, journée d'ouverture du sommet du G7 dans la ville voisine de Biarritz. 

Au petit matin, Bayonne s’est retrouvée cernée par un millier de représentants des forces de l’ordre, pas moins de 1000 personnes principalement les gendarmes, d’après Jean-René Etchegarray, le maire de Biarritz qui est sur le pont pour faire le tour des commerces de son centre-ville.  "Nous avons a priori  un dispositif qui devrait nous permettre de contrôler les déplacements"  explique-t-il. 
 
Le maire de Bayonne Jean-René Etchegarray fait le tour de la ville. / © Christine Le Hesran
Le maire de Bayonne Jean-René Etchegarray fait le tour de la ville. / © Christine Le Hesran
 

Un dispositif renforcé 


Difficile d’accéder au centre historique de Bayonne, car depuis hier la préfecture des Pyrénées-Atlantiques a renforcé le dispositif de contrôle.

Ce matin sur les bords de la Nive, les habitants sont surpris. "Mais c’est quoi ? Ils ont fait une ville morte ou quoi ?" s'exclame une Bayonnaise  qui descend de son deux-roues pour rejoindre le centre-ville.

C'est de la parano ! lance cet homme qui traverse le pont entre le petit Bayonne et les Halles.

Manifestement, la population ne s’attendait pas à ce dispositif à part. Le bruit des hélicoptères et des sirènes laisse entendre que la ville se prépare à une drôle de journée. 
 

Des appels à manifester sur les réseaux sociaux  


Pourquoi cette mobilisation massive ? Car sur les réseaux sociaux circulent des appels à manifester dans la ville à partir de 11 heures, notamment au sein des réseaux de Gilets jaunes. Il est aussi question de samedi après-midi voire fin de journée. 

Le message est passé auprès des commerçants qui ont pour beaucoup décidé de fermer, voire de se barricader comme dans la rue Pannecau du Petit Bayonne où quasiment tous les commerces sont protégés par des panneaux de bois. 
 



Des affrontements en mémoire


"Bayonne a déjà été par le passé la victime collatérale des sommets qui se déroulaient à Biarritz, de cela nous ne voulons pas" souligne Jean-René Etchegarray, qui constate la forte présence des forces de l'ordre. Les Bayonnais s'en souviennent et l'évoquent dans les discussions ce samedi matin dans les rues de Bayonne. 

Si la cité bayonnaise s'apprête à vivre une journée particulière ce samedi, le lendemain s'annonce aussi très remuant. Dès la matinée, des rassemblements sont prévus place de la mairie si toutefois elle est accessible...

Dans la ville voisine d'Anglet, pas de tel déploiement de forces. Et pourtant la ville est aussi citée pour des rassemblements ce qui agace le maire Claude Olive joint au téléphone ce samedi matin. Il se sent un peu délaissé côté sécurité. 



 

Sur le même sujet

G7 : La halle d'Iraty met le pays basque en vitrine

Les + Lus