À Bayonne et Saint-Jean-de-Luz, l'A63 bloquée pour dénoncer la spéculation immobilière au Pays basque

Deux sorties de l'autoroute A63 ont été bloquées ce matin du 29 août à Bayonne-sud et Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques). Initiées par des collectifs citoyens et paysans, ces opérations visent à dénoncer la spéculation immobilière et foncière au Pays basque.

Une drôle de surprise attendait les automobilistes circulant sur l'A63 ce matin 29 août. Deux sorties de cet axe principal du Pays basque ont été bloquées à partir de 10 heures par une centaine d'opposants à la spéculation immobilière dans la région, à Bayonne et Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques).

Aucun véhicule ne peut sortir de l'autoroute, dans le sens France-Espagne, au niveau des sorties n°3 et n°5, soit respectivement celles de Bayonne-sud (rond-point de Maignon) et de Saint-Jean-de-Luz. Près d'une vingtaine d'agriculteurs est venue soutenir l'action à l'aide de leurs tracteurs.

Dès 8h30, quinze camions de CRS étaient positionnés aux abords de la sortie de Bayonne-sud en soutien aux gendarmes, afin d'éviter aux manifestants de pénétrer sur l'axe autoroutier. L'action s'est terminée autour de 12h30 et la circulation sera rétablie progressivement dans l'après-midi.

La ferme Olha comme étincelle

L'opération de blocage a été lancée par quatre collectifs basques. Ostia Serea, Lurzaindia, Senpertarren kolektiboa et le syndicat paysan ELB (Elkartasunez Laborariak Borrokan) se sont mobilisés tout l'été pour occuper la ferme Ola, devenue le symbole des crispations autour de la spéculation immobilière et de la rareté des terres agricoles au Pays basque.

L'occupation de cette propriété de Saint-Pée-sur-Nivelle n'ayant pas été suivie de réaction politique, les collectifs ont décidé de poursuivre leur action par les blocages autoroutiers.

La ferme et ses 50 hectares ont été achetés 1,3 million d'euros par la Famille Adam, célèbre entreprise basque de pâtisserie fine installée à Biarritz et Saint-Jean-de-Luz. Cette somme, bien supérieure à la valeur réelle du bien estimé par la Safer, organisme de régulations du foncier agricole, provoque la colère des quatre collectifs.

Ils estiment que par cette vente, la famille d'entrepreneurs basques participe activement à la hausse des prix du foncier dans la région. En raison de cette tendance, il devient de plus en plus difficile - voire impossible - pour un jeune agriculteur basque d'acquérir un terrain.

L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité