Excréments, cadavres en décomposition... La fermeture d'un élevage de moutons demandée de "toute urgence" par L214

L214 vient de publier des images accablantes d’un élevage de moutons, à Biriatou, dans les Pyrénées-Atlantiques. L'association a saisi le parquet de Bayonne.

“Des animaux en grande détresse”. C’est ce que décrit l’association L214 dans un nouveau communiqué, publié ce 12 janvier. Elle dénonce les conditions d’élevage de moutons, d’une exploitation à Biriatou, dans les Pyrénées-Atlantiques, sans nommer l'éleveur.

Les images diffusées par l’association montrent une brebis coincée dans une couche épaisse d’excréments et de terre, ainsi que plusieurs cadavres de moutons en décomposition. “Certains sont en état de grande faiblesse, ce qui laisse craindre une mort lente et douloureuse”, indique L214. 

Environnement insalubre

L’association dénonce également des conditions de détention “insalubre”. “D’autres sont enfermés et vivent dans leurs excréments et dans un environnement insalubre, sans endroit sec et propre pour se coucher”, décrit L214.

Au-delà de l’exploitation, l’association dépeint par ailleurs un environnement “dépotoir” “où se mélangent ferrailles, déchets, épaves de voitures, électroménagers usagés, pneus usés”. "Quelles que soient les raisons qui ont mené à cette situation catastrophique, il semble évident que cet éleveur n’est pas en capacité de s’occuper d’animaux”, explique Sébastien Arsac, co-fondateur de L214.

Les moutons, brebis, vaches, chevaux, oies, poules sont abandonnés au même titre que cette voiture épave ou cette machine à laver hors d’usage…

Sébastien Arsac

co-fondateur de L214

7 000 € pour le bien-être animal

L'association dénonce aussi des aides perçues par l’éleveur en faveur du bien-être animal. “Le comble ? L’éleveur a perçu, au titre de l’année 2020-2021, 22 277 € d’aide de la Politique Agricole Commune dont 6 947€ en faveur du bien-être animal ! Cet élevage doit fermer de toute urgence”, martèle Sébastien Arsac.

L’association a porté plainte auprès du tribunal judiciaire de Bayonne pour abandon et mauvais traitements commis par un professionnel. Elle réclame l’intervention “immédiate” des services vétérinaires.

L'actualité "" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Nouvelle-Aquitaine
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité