Cet article date de plus de 5 ans

Confinements des oies et canards : les conserveries fonctionnent au ralenti

Le confinement des palmidèdes depuis aujourd'hui pour éviter la propagation de la grippe aviaire compromet l'activité des conserveries. A l'exemple de cette entreprise basque qui doit mettre 15 employés au chômage technique. 
© FTV
Les conséquences de ce vide sanitaire concernent toute la filière. Les éleveurs en amont et les transformateurs en aval. Des emplois sont aujourd'hui en jeu.
Au Pays Basque, la conserverie Arnabar, un des plus gros éleveurs et transformateurs de canards de la région, s'apprête a mettre au chômage technique 15 personnes pendant 4 mois. Un coup dur pour Dominique Currutchet-Etchart, responsable de la conserverie:

 Fermer 4 mois c'est énorme. Mais on n'a pas le choix. Ce confinement, c'est comme demander à un boulanger de faire du pain sans farine!



Ces mesures de confinement décidées en janvier dernier par le gouvernement pour éviter la propagation du virus impose le dépeuplement des oies et des canards dans 18 départements du Sud-Ouest. Depuis ce matin, plus un seul palmipède ne doit sortir des élevages professionnels. 

Le reportage d'Alexandre Perrin et de Didier Bonnet à Ossès, dans une conserverie du Pays Basque 
durée de la vidéo: 01 min 15
Les conserverie fonctionnent au ralenti



Poursuivre votre lecture sur ces sujets
pays basque grippe aviaire agriculture économie