Fêtes de Bayonne : le bilan chiffré d'une édition marquée par les attentats

Publié le Mis à jour le
Écrit par France 3 Aquitaine avec AFP

Les 80es Fêtes de Bayonne, l'un des plus grands rassemblements populaires au monde et qui s'est achevé dimanche, a connu une baisse de fréquentation d'environ 20% par rapport à l'an dernier, a indiqué lundi soir à la presse le maire, Jean-René Etchegaray.

"Les Fêtes se sont inscrites dans un contexte exceptionnel après l'attentat de Nice (au moins 84 morts le 14 juillet), une diminution de la fréquentation est indiscutable", a déclaré à la presse le maire centriste de Bayonne (Pyrénées-Atlantiques).

Pour cette estimation, il s'est appuyé sur les chiffres de fréquentation des parkings, des transports publics (bus et trains), des campings, de l'hôtellerie et de l'Office de tourisme qui accusent une baisse oscillant "entre 10 à 30% ce qui donne une moyenne d'environ 20%".

Les années précédentes, autour d'un million de festayres (personnes faisant la fête en langue gasconne) avaient afflué à Bayonne pour les Fêtes, mêlant tradition, musique, danse, chants, gastronomie, corridas, sports et force libations.

200 personnes supplémentaires pour assurer la sécurité 


Au cours du point-presse, le préfet des Pyrénées-Atlantiques, Pierre-André Durand, a rappelé le dispositif hautement sécurisé mis en place pendant cinq jours et cinq nuits, du mercredi 27 au dimanche 31 juillet: "C'est la première fois que les Fêtes ont eu lieu dans le cadre de l'État d'urgence et les effectifs de sécurité engagés par l'État ont mobilisé sur la période 2.295 personnels, soit une augmentation de près de 200 personnes par rapport à l'an passé", a-t-il détaillé.

La Police aux frontières a contrôlé 1.133 personnes et procédé à 4 interpellations, la gendarmerie a procédé à 3.261 dépistages dont 3.157 pour alcoolémie et 112 pour stupéfiants.

La police a reçu 200 plaintes, pour la plus grande part des vols, elle a procédé à 46 interpellations dont 23 gardes à vue et 7 personnes ont été placées sous écrou.

Les pompiers sont intervenus à 232 reprises, le SAMU a pris en charge 1.178 personnes, dont 78 mineurs.

Beaucoup plus de défèrements devant la justice que l'an passé 


Le Procureur de la République, Samuel Vuelta Simon, a cité un "bilan judiciaire à la hausse d'un tiers par rapport à l'an passé", "avec 11 défèrements devant le Parquet contre 5 l'an dernier".

"Mardi, 11 personnes comparaîtront devant le tribunal de Bayonne", dont une pour "apologie du terrorisme". Le 29 juillet, en comparution immédiate, un homme avait été condamné à un mois de prison ferme pour avoir menacé d'un attentat un camping de la ville.

"L'explication de cette hausse du bilan judiciaire est à mettre au crédit de la police et de la gendarmerie qui n'ont rien laissé passer", a-t-il souligné.

En conclusion, le préfet, le maire et le procureur se sont accordés à dire que "le niveau de sécurité avait été optimal, ce qui a permis aux Fêtes de Bayonne de se dérouler normalement", en dépit du contexte des attentats islamistes.