Cet article date de plus de 3 ans

Pays basque : ETA confirme sa dissolution dans une vidéo

Dans une vidéo en date du 3 mai et envoyée à la presse, ETA a bien confirmé sa dissolution et la fin de toute activité politique. Une vidéo très attendue après les signaux forts envoyés par l'organisation sépratisqte basque  ces derniers jours
Après la lettre, la "déclaration finale". Mercredi, le journal en ligne espagnol eldiaro.es, publiait un courrier en date du 16 avril dans lequel ETA faisait part de sa dissolution

Un communiqué lu dans une vidéo

Une information que l'organisation a confirmée ce jeudi  dans une "déclaration finale", une vidéo filmée à Genève et communiquée à la presse, notamment au site Mediabask. . Elle annonce  avoir "démantelé l'ensemble de ses structures" et "mis fin à toute activité politique."

Déclaration vidéo d'ETA qui officialise sa dissolution


Dans le texte, lu en quatre langues (français, espagnol, basque et anglais) ETA informe le peuple basque "de la fin de sa trajectoire".(...) En conséquence de cette décision, ETA a entièrement défait l'ensemble de ses structures et a mis un terme à toute son activité politique". 

Les ex militantes et militants d'ETA poursuivront la lutte en faveur d'un Pays Basque réunifié indépendant, socialiste, bascophone et non patriarcal.



"ETA veut mettre un terme à un cycle dans le conflit qui l'oppose aux Etats, caractérisé par l'usage de la violence politique." Deux versions françaises ont été enregistrées.
Les personnes qui lisent le texte sont  authentifiées sur la vidéo comme étant Josu Urrutikoetxea, membre historique d'ETA, disparu des radars depuis 2002, et Marixol Iparragirre, représentante du Collectif des prisonniers politiques basques (EPPK)





Ce vendredi, une conférence internationale doit se tenir à Cambo les bains, au Pays basque français. en présence de Gerry Adams, ex chef du Sinn Fein irlandais, et des représentants de plusieurs partis espagnols.

 
 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
pays basque eta faits divers terrorisme