Cet article date de plus de 6 ans

Pays basque : la "Fusion" entre le BO et l'Aviron n'est pas enterrée

Voici donc le retour du serpent de mer de la côte basque. L'union possible entre l'Aviron bayonnais et le Biarritz Olympique fait à nouveau parler d'elle. Les deux clubs, confirment les rumeurs du moment: ils sont toujours en discussion.
Alors que le projet de rapprochement entre les deux clubs basques semblait une nouvelle fois abandonné, les rumeurs ont persisté.
Les discussions seraient donc toujours en cours autour de cette union des deux clubs professionnels de la côte basque. 

Les discussions se tenaient à l'abris des regards, en toute discrétion pour éviter l'emballement médiatique et le courroux des supporters. Seulement voilà, des joueurs se sont montrés un peu trop bavards et des infos ont fuité
Pour mettre un terme aux spéculations, Serge Blanco, président du BO et Manu Mérin, celui de l'Aviron ont donc été contraints de s'exprimer aujourd'hui sur ce projet dans un entretien accordé à nos confrères de Sud Ouest.

On a voulu être francs et s'expliquer


nous a confié Serge Blanco.
Dans un premier temps, le projet d'union sera présenté aux partenaires et aux actionnaires dans la semaine. 

Comme ça, tout le monde aura le projet sous les yeux et pourra décider de la suite



 

Ce sont ensuite les assemblées générales des deux clubs qui voteront, elles sont souveraines.

Elles acceptent ou elles refusent, moi j'aurai fait mon boulot


conclu Serge Blanco

Si le projet d'union abouti, il pourrait être effectif dès la saison prochaine.

Les supporters ne décolèrent pas

On se sent trahi et humilié...

Le représentant des supporters bayonnais ne mâche pas ses mots. Manex Meyzenc déplore le fait de ne pas être associé aux discussion en tant que président des socios de l'Aviron.

On a vraiment l'impression que c'est M. Blanco qui tire les ficelles... 




On l'écoute au micro de Sabrina Corrieri et d'Emmanuel Clerc

interview Meyzenc

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
rugby sport aviron bayonnais biarritz olympique pays basque pro d2 polémique société