Pays basque : ils occupent un domaine pour alerter sur la flambée des prix des terres agricoles

Une parcelle de terrain de la commune d'Arbonne dans les Pyrénées-Atlantiques est occupée par des militants du syndicat ELB et de Lurzaindia. Ils dénoncent les prix inabordables pour les paysans : ce domaine de 15 hectares s'est vendu plus de trois millions d’euros.

Depuis mercredi 23 juin, une soixantaine de personnes à l'appel du syndicat ELB-Confédération paysanne et Lurzaindia a débuté une action d'occupation sur un domaine, chemin de Berrueta à Arbonne, près de Biarritz.

Ils entendent alerter sur la spéculation immobilière au pays basque : des ventes de terrains à des tarifs toujours en hausse, à des futurs propriétaires qui n'ont "pas de projet alimentaire".

En l'occurrence, ce domaine de 15 hectares a été vendu (signature du sous-seing) pour plus de 3 millions d'euros soit, selon les militants, 4 fois le prix ! Au-delà de la spéculation immobilière, ils alertent également sur la nécessité de préserver nos terres agricoles.

Des négociations

Ce 24 juin, ils ont entamé des négociations auprès de la communauté d'agglo du pays basque et espèrent obtenir des réponses d'ici la fin de la journée. C'est à dire l'assurance, par exemple, de l'organisation d'Assises sur le foncier agricole.

En attendant, ils ont déjà prévu d'occuper les lieux , jour et nuit, pour solliciter un véritable débat sur le sujet. Un pique-nique est organisé samedi 26 juin pour sensibiliser tout un chacun à ce problème de spéculation immobilière en générale et agricole en particulier. 

La symbolique de l"entre-côte"

Arbonne, à 8 kms de Biarritz et 4 de Bidart, fait partie de cette zone intermédiaire au Pays basque, entre la côte et les hauteurs mais aussi non loin du BAB. Une zone "rétro-littorale", verte et moins urbanisée. Mais, peu à peu, l'urbanisation avance et commence à toucher des terrains à vocation agricole. Plusieurs cas ont été dénoncés ces derniers temps mais celui-là semble le plus symbolique face à une surenchère jamais vue. 

Ce 24 juin, agriculteurs et sympathisants souhaitaient envoyer un message aux élus : "On demande qu'ils nous promettent d'entamer un travail sur le foncier agricole au Pays basque, ce qui ne se fait pas encore. Avec nous, la Safer, et tous ceux qui peuvent être intéressés par le devenir de la terre".

Car dans le même temps, on explique que vingt dossiers sont en attente. De jeunes agriculteurs, éleveurs, maraîchers qui ne peuvent exercer leur activité faute de lieu accessible où s'installer... 

Regardez le reportage de Perrine Durandeau et Cécile Bonte-Baratchart.

durée de la vidéo: 01 min 28
Pays basque : ils occupent un domaine pour alerter sur la flambée des prix des terres agricoles

ELB est un syndicat agricole affilié à la Confédération paysanne "pour la défense des paysans du Pays Basque et la promotion d'une agriculture de qualité".

Luzaindia est une société composée d'un groupement foncier, une association et un fond de dotation. Elle a pour but de préserver les terres agricoles "en maintenant un prix équitable". Il s'agit pour eux d'"acquérir de la terre agricole pour aider des projets d’installation ou conforter des petites fermes en encourageant l’agriculture paysanne", tout en sensibilisant "les citoyens à l’enjeu de la protection et du maintien du foncier agricole".

La SAFER, c'est quoi?

Les Sociétés d'aménagement foncier et d'établissement rural (Safer) sont les interlocuteurs de choix pour ce type de problèmes. Sous la tutelle des ministères de l'agriculture comme celui des finances et ancrées sur les territoires, elles achètent des terrains et les revendent, sans spéculation, à des acteurs porteurs de projets personnels ou collectifs d'intérêt général. Avec pour priorité de protéger les terres agricoles.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
pays basque nature agriculture économie tourisme immobilier