Corniche basque : à cause de l'érosion, le sentier du littoral définitivement interdit aux piétons

Publié le
Écrit par V.D. avec S. Deschamps et R. Poissonnier
Le sentier du littoral sur la corniche basque est définitivement interdit d'accès aux piétons entre Ciboure en Hendaye à cause d'un très haut risque d'effondrement de la falaise
Le sentier du littoral sur la corniche basque est définitivement interdit d'accès aux piétons entre Ciboure en Hendaye à cause d'un très haut risque d'effondrement de la falaise © F3 Nouvelle Aquitaine R. Poissonnier

La falaise fragilisée par l'érosion présente un très haut risque d'effondrement sur la Corniche basque entre Ciboure et Hendaye. Le sentier du littoral est définitivement interdit aux piétons. Le péril pourrait bientôt menacer la route départementale voisine.

C'est l'un des plus beaux paysages de la côte basque : la Corniche est un lieu prisé des promeneurs qui empruntent le sentier du littoral en bord d'océan.

Mais en contre-bas, la falaise est grignotée par les vagues puissantes et les infiltrations d'eau de pluie. En octobre 2020, un pan entier de cette Corniche s'était brutalement effondré, quelques heures après un attroupement de spectateurs venus admirer au large la vague géante de Belharra.  

Depuis juin 2021, une interdiction temporaire d'accès aux piétons (rarement respectée) était en vigueur. Depuis le 9 novembre, l'interdiction est donc définitive par arrêté préfectoral.

"Des endroits à très haut risque"

La portion du sentier du littoral interdite d'accès s'étend de la sortie de Ciboure jusqu'au domaine d’Aizabia à Hendaye, via Urrugne. Le maire de la commune d'Urrugne explique qu'aucune autre solution n'est désormais possible pour garantir la sécurité du public : il faut bloquer l'accès au sentier.

On a identifié sur la falaise de nombreux endroits à très haut risque, la sécurité du public est en jeu

Philippe Aramendi, Maire d'Urrugne (EH Bai)

La dangerosité du secteur est confirmée par un rapport du Centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement. Des carottages ont notamment été effectués dans la falaise, depuis la Corniche, pour vérifier l'état du sous-sol.

La falaise, fragilisée par l'érosion, ne présente plus de marge de sécurité. Certaines portions sont même classées en risque très fort d'effondrement.

L'érosion menace toute la côte basque, un enjeu d'aménagement du territoire

Le péril qui frappe le sentier du littoral pourrait menacer bientôt la route départementale de la Corniche qui longe la côte.

Jusqu'à 15 000 véhicules l'empruntent chaque jour.

Car 20 centimètres de roche en moyenne disparaissent chaque année sur la côte basque, sous l'effet cumulé des vagues (de plus en plus puissantes et répétées) et des infiltrations d'eau de pluie.

Selon les experts du BRGM, le service géologique national, cette côte rocheuse pourrait perdre jusqu’à 27 mètres d’ici 30 ans.

Le problème est que cette côte, autrefois recouverte de prairies, est aujourd'hui hyper urbanisée.
Certaines maisons, au bord des falaises, valent plusieurs millions d'euros, comme à Bidart. Et l'indemnisation des propriétaires sera un casse-tête juridique et un gouffre financier quand leurs maisons seront emportées par l'érosion.

Emmanuel Alzuri, maire de Bidart en charge du littoral pour l'agglomération Pays Basque, constate le recul inexorable du trait de côte.
Il s'alarme d'une accélération du phénomène ces dernières années, comme il le confie récemment dans le magazine "Enquêtes de région" :

On a l'impression d'avoir des falaises qui ont été bombardées et c'est nouveau.

On a choisi ici de ne plus s'opposer au retrait du trait de côte. La solution ce n'est pas la bétonisation des falaises

Emmanuel Alzuri, maire de Bidart

Quelque 600 logements et commerces de l’agglomération pays basque seraient menacés par l’érosion dans les prochaines décennies.

A l'échelle de la région Nouvelle Aquitaine, d'ici 30 ans, l'érosion du littoral rocheux et sableux menace quelque 6000 logements et commerces, rappelle Renaud Lagrave, président du GIP littoral, un groupement d’intérêt public qui élabore une stratégie de gestion du risque d’érosion côtier

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.