• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Sécheresse : la situation toujours tendue en Limousin

L'arrosage est désormais contrôlé en Ardèche. / © Pierre Le Masson/Maxppp
L'arrosage est désormais contrôlé en Ardèche. / © Pierre Le Masson/Maxppp

Entre restrictions d'eau et messages préventifs, les préfectures veulent sensibiliser les consommateurs pour tenter de préserver la ressource.

Par François Clapeau

Malgré les pluies de mars et mai, le déficit pluviométrique dans le département s’accentue : les quelques pluies de ces derniers jours n’ont pas permis d’inverser la tendance et le retour attendu d’un temps estival la semaine prochaine entraînera une reprise de la baisse des débits.


Le communiqué émis ce matin par la préfecture de Corrèze est clair : la situation est toujours compliquée et ne va pas s’améliorer.
Les précipitations de cette semaine ne modifieront l’état des ressources en eau qu’à la marge.

Dans ce département, un nouveau point sur la ressource sera réalisé le 10 juillet.

Mais d’ici là,

Même si aucune restriction n’est actuellement en vigueur, il est demandé à chaque citoyen d’optimiser sa consommation d’eau et d’éviter tout gaspillage qui pourrait être préjudiciable pour tous. 


En Haute-Vienne, des mesures de restriction ont déjà été prises : interdiction d’arrosage des terrains de sport, pelouses, espaces verts et jardins potagers et d’agrément, de 8 h à 20 h, interdiction de remplissage des piscines existantes, interdiction de remplissage et de vidange des plans d’eau…

Et la préfecture du département met en garde les éventuels contrevenants:

Les différents services exerçant les missions de police de l’eau et avec les forces de l’ordre classiques exerceront une veille attentive et des contrôles spécifiques afin de faire assurer le respect des mesures de restriction. Ces contrôles seront plutôt ciblés sur les périmètres et territoires dans lesquels la situation se révèle la plus critique.


En Creuse, la préfecture a pris un arrêté,

considérant que la situation hydrogéologique observée fin mai sur le département nécessite d’anticiper les risques de pénurie par information de l’ensemble du public (…) en vue d’adopter des comportements économes de l’usage de l’eau. 


Le département est donc placé en "zone d’alerte" : si la situation se dégrade, des mesures de restrictions pourraient être prises. Ce n’est pas le cas aujourd’hui. 

Toutes ces décisions sont évidemment susceptibles d’évoluer dans les prochains jours.

Sur le même sujet

Le procès de l'épouvantable meurtre de Mélodie Massé, enceinte de 8 mois, s'ouvre lundi à Pau

Les + Lus