Un projet de taxe sur les gros abattoirs relance le débat des aides à l’élevage

Publié le Mis à jour le

Les députés ont voté mercredi 29 novembre 2015 la création d’une taxe exceptionnelle sur les grands abattoirs. Un amendement défendu par deux députés PS, dont le Creusois Michel Vergnier, qui veulent ouvrir la discussion sur l’avenir des filières d’élevage.

Une taxe exceptionnelle sur les abattoirs qui dépassent  les 250 millions d'euros de chiffre d’affaires, le sujet fait réagir dans les milieux agricoles.  Pourtant de l’aveu même d’un de ses concepteurs, le député de Creuse Michel Vergnier, "cet amendement ne passera  pas". Pour être validée, cette taxe devrait être inscrite à la loi de finances rectificative et, ajoute-t-il, « le gouvernement demandera son retrait ». Reste que l’objectif lui est atteint : faire réagir.
Avec son collègue député PS de Loire-Atlantique Yves Daniel, Michel Vergnier a voulu faire "un amendement d’appel pour attirer l’attention sur les difficultés des filières d’élevages".
Depuis le début de l’année, les éleveurs connaissent des difficultés avec une baisse des cours, et dans la région limousine, d’autres problèmes se sont ajoutés en particulier pour les éleveurs bovins : la sécheresse estivale et un épisode de fièvre catarrhale.
Pour les deux députés qui portent le débat, il faut trouver un mécanisme pour "abonder un fonds de soutien conjoncturel aux éleveurs français en difficulté et soutenir le revenu des agriculteurs"
> Comprendre le prix d'un kilo de viande avec francetvinfo