• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Châtellerault : deux enquêtes ouvertes après la mort de l'agresseur d'un retraité

Nicolas Jacquet, procureur de la République de Poitiers et Eric Virbel, vice-procureur. / © D.Laveau. FTV
Nicolas Jacquet, procureur de la République de Poitiers et Eric Virbel, vice-procureur. / © D.Laveau. FTV

Lors de sa conférence de presse ce lundi, le procureur de la République de Poitiers a parlé d'une affaire "dramatique et complexe" pour qualifier les faits qui se sont déroulés ce week-end à Châtellerault et pendant lesquels un homme a poignardé mortellement l'agresseur de son voisin.

Par C.Hinckel et D.Laveau

Nicolas Jacquet, le procureur de la République de Poitiers a précisé les conditions dans lesquels le drame s'est déroulé et la personnalité de l'agresseur décédé qui n'avait pas pu être identifié hier. Deux enquêtes ont été ouvertes, l'une pour l'agression à la barre de fer du retraité, l'autre pour la mort de son agresseur dimanche matin.


L'agresseur décédé âgé de 58 ans

L'agresseur de Patrice Bertaud, un sexagénaire bien implanté dans la vie locale, est un homme lui aussi âgé de près de soixante ans puis qu'il était né en 1957 et avait donc 58 ans. Retraité de l'armée belge, il habitait à Archigny dans la Vienne. Patrice Bertaud, le jeune retraité agressé est toujours hospitalisé et il a indiqué aux enquêteurs ne pas le connaître. S'agit-il d'un différend personnel, l'enquête devra le déterminer. Aucun vol n'a été constaté.


Il s'arme d'un couteau de cuisine pour secourir son voisin

Le déroulement des faits qui se sont produits rue des Minimes à Châtellerault a pu être reconstitué par les enquêteurs. Le voisin de Patrice Bertaud, leur a indiqué qu'il dormait vers 4h30 du matin dans la nuit de samedi à dimanche, quand il a entendu des cris alarmants et son voisin l'appeler au secours par son nom. Il déclare être aller chercher un escabeau pour rentrer dans la propriété de son voisin. Il s'arme alors d'un couteau de cuisine doté d'une lame de 25 à 30 cm. A son arrivée, il découvre son voisin blessé et ensanglanté à terre. Il le met en position latérale de sécurité puis demande à sa femme d'appeler les secours. 


Coup de couteau accidentel ou pas ?

En allant ouvrir le portail pour faciliter l'entrée des secours, l'homme, âgé d'une quarantaine d'années, aperçoit un rôdeur vêtu de noir cherchant à s'enfuir du jardin. Il tente alors de le rattraper et le blesse avec son couteau. Ce coup de couteau a-t-il été volontaire ou pas ? L'enquête devra le déterminer. Lors de son audition, le voisin de Patrice Bertaud affirme "que le coup de couteau a été accidentel", il aurait donner ce coup sans le vouloir en essayant d'attraper l'agresseur.


L'agresseur armé d'une barre de fer

Celui-ci parvient à prendre la fuite et sera retrouvé mort plus tard à 100 mètres de la maison par la police. Il était ganté, vêtu de noir et tenait dans sa main une barre de fer, indique aujourd'hui le parquet de Poitiers.


Autopsie déterminante demain

Deux enquêtes parallèles ont été ouvertes par le parquet de Poitiers. L'une pour violence avec arme et cambriolage. Par ailleurs une information judiciaire concernant le quadragénaire venu secourir son voisin, a été ouverte pour "coup volontaire avec arme ayant entraîné la mort sans intention de la donner". L'autopsie qui aura lieu demain au CHU de Poitiers sera déterminante pour la suite de l'enquête. Elle pourra notamment préciser si le coup de couteau mortel a été porté de façon volontaire ou pas.


Remise en liberté demandée

Le quadragénaire ayant tué l'agresseur doit être présenté au juge d'instruction. Le parquet ne requiert contre lui ni mandat de dépôt ni contrôle judiciaire, une décision prise par le parquet au vu des circonstances du drame et de la personnalité de l'accusé, un père de famille inconnu des services judiciaires.

Sur le même sujet

P. Plancque:

Les + Lus