Le château de La Mothe-Chandeniers a trouvé ses nouveaux propriétaires

Le château de La Mothe-Chandeniers dans la Vienne. / © France 3 Poitou-Charentes - AM Baillargé
Le château de La Mothe-Chandeniers dans la Vienne. / © France 3 Poitou-Charentes - AM Baillargé

La campagne de financement participatif a été lancée il y a un mois et déjà le premier objectif est atteint ! Le but de cette première étape : pouvoir racheter le château de La Mothe-Chandeniers. Avec près de 6500 donateurs et environ 520 000€ récoltés, c'est désormais chose faite.

Par Yleanna Robert

Le château de La Mothe-Chandeniers, situé dans la commune des Trois-Moutiers, date du XIIIe siècle et offre depuis quelques années déjà un paysage désolant... Laissé à l'abandon, il se détériore de plus en plus : les toitures s'écroulent, les pierres tombent, etc.

L'idée de lancer une campagne de crowdfunding pour sauver ce patrimoine a été impulsée par l'association les Amis du château de La Mothe-Chandeniers. Elle a fait appel à la plateforme de financement participatif Dartagnan, dédiée au rayonnement et à la préservation du patrimoine culturel en France, et au réseau Adopte un château, qui défend la cause des châteaux en péril.

Les trois organismes s'étaient fixés un objectif de 80 jours pour recueillir un minimum de 500 000€, somme qui correspondait au prix de vente du château de La Mothe-Chandeniers, fixé par l'un des cinq propriétaires. Ce premier objectif est atteint un mois après le lancement de la campagne.


Le château de La Mothe-Chandeniers appartient désormais à des milliers d'internautes. C'est une première historique dans l'histoire du patrimoine français. Le château a été racheté sous forme de Société par Action Simplifiée (SAS), ce qui signifie que chaque donateur est actionnaire et donc copropriétaire.

Objectif final : récolter 1 000 000€


Mais si la première étape est atteinte, la mobilisation se poursuit encore. Les trois organisateurs de la collecte ont établi plusieurs paliers pour arriver progressivement l'objectif final : réunir un million d'euros. 


Le premier palier de 500 000€ correspondait à l'achat du château, de la dépendance et d'une partie du terrain. Les paliers sont ensuite répartis de la manière suivante :

  • 650 000€, soit 150 000€ de plus que le palier n°1 qui permettront de couvrir tous les frais occasionnés lors de la campagne (liés à l'achat, à la collecte de fonds, au montage juridique et à la rédaction des statuts de la SAS) et de lancer une étude architecturale et de sécurisation du château ;
  • 750 000€, soit 100 000€ de plus pour financer les premiers travaux de sécurisation ;
  • et enfin 1 000 000€, soit 250 000€ de plus pour finir les travaux de sécurisation du château.


Ils ont réagi sur les réseaux sociaux


L'annonce de la réussite du premier objectif à susciter de nombreuses réactions sur les réseaux sociaux. Entre les nouveaux propriétaires et ceux qui les encouragent, le compte Twitter du château de La Mothe-Chandenier, ouvert au début du mois, a rapidement été submergé de tweets. En voici quelques-uns :


Il y a même eu des réactions provenant de pays étrangers comme l'Angleterre ou l'Allemagne : 


Une plateforme dédiée aux nouveaux propriétaires va être lancée pour leur permettre de suivre l'avancée des travaux, les événements, les propositions de projets, etc. C'est donc un véritable projet collaboratif et participatif qui est en train de se créer autour du château de La Mothe-Chandeniers.

À terme, les organisateurs de la campagne et les nouveaux propriétaires souhaitent donner une seconde vie au château tout en conservant son identité unique où le patrimoine et la nature se mélangent avec subtilité et harmonie. 

► Retrouvez le reportage de Anne-Marie Baillargé, Francis Tabuteau et Julien Fagot :

Un financement participatif pour restaurer le château de la Mothe-Chandeniers
Un reportage de Anne-Marie Baillargé, Francis Tabuteau et Julien Fagot avec les interviews de Julie Texier, vice-présidente de l'association Les amis du château de la Mothe-Chandeniers et Eliane Lamacque, une des propriétaires.


Sur le même sujet

Foie gras : pas de hausse des importations en 2017

Près de chez vous

Les + Lus