Malgré le coronavirus, des reportages sont réalisés tous les jours à France 3 Poitou-Charentes

Station régionale de France 3 Poitou-Charentes à Poitiers. / © Florent Loiseau - France Télévisions
Station régionale de France 3 Poitou-Charentes à Poitiers. / © Florent Loiseau - France Télévisions

Tous les jours, plusieurs équipes de reportages sont sur le terrain et plusieurs journalistes (à domicile) se répartissent les articles à écrire pour notre site internet. Notre mission est bien d'informer notre public, même dans ces conditions difficiles dues au coronavirus. Voici notre quotidien.

Par Marie-Ange Cristofari / LG

Depuis les consignes du chef de l'Etat concernant les mesures de confinement, nous nous habituons à des conférences de rédaction devenues exclusivement téléphoniques, complétées par des échanges collectifs sur des groupes de discussion. Nos documentalistes nous prêtent main forte pour faire de la veille, elles partagent avec nous vos messages reçus pour la rédaction.

Une nouvelle organisation

Les conditions sanitaires drastiques nous imposent une nouvelle organisation de travail. De ce fait, nous avons choisi de diffuser temporairement des journaux à l'échelle de la Nouvelle Aquitaine. Cette mesure est necessaire et de cette manière, nous permet de diffuser nos reportages, et c'est le plus important.
Au fur et à mesure de l'arrivée de ce coronavirus, l'entreprise nous a accompagnés, rassurés. Notre métier, comme ceux des soignants, des commerçants, des services publics en général, nous expose à de multiples contacts.
En conséquence, chacune de nos implantations a reçu des « kits de protection » (masques, gels hydro-alcooliques), le tout assorti de courriels quasi-quotidiens des recommandations à appliquer, de plus en plus draconiennes.
Les accolades et le serrage de mains sont proscrits depuis un moment déjà. Dès l'entrée de notre station, nous devons prendre notre température via un thermomètre frontal. En cas de température trop élevée, ce sera demi-tour obligatoire et immédiat. Dans le cas d'une température normale, la prise de service débutera alors par un passage aux sanitaires pour une séance de nettoyage des mains.
Prise de température obligatoire avant toute entrée dans la station de France 3 Poitou-Charentes. / © Florent Loiseau - France Télévisions
Prise de température obligatoire avant toute entrée dans la station de France 3 Poitou-Charentes. / © Florent Loiseau - France Télévisions

Le moindre détail compte

Chacun s'interroge sur ces pratiques. Dimanche après-midi, alors que nous préparions notre couverture du premier tour des élections municipales, l'un de nos reporters basé à Niort, demande « Comment on fait pour le micro ce soir ? Ben oui, tout le monde postillonne dessus. Il va passer de mains en mains... ».
Autour de la table, à Poitiers, tout le monde se regarde, mi-amusé, mi-catastrophé. Car la question est tout sauf drôle quand on y réfléchit vraiment. Pragmatiquement.
La décision a donc été prise de retirer les bonnettes (ces capuchons en mousse ou moumoute poilue) afin de pouvoir désinfecter plus facilement les micros entre chaque utilisateur. Ou, si l'on est en extérieur et que les conditions ne le permettent pas (vent par exemple) d'utiliser un micro « canon » qui permet de garder ses distances plus facilement sans perdre en qualité.
Pour la soirée électorale, en studio, et c'était déjà le cas pour les débats d'avant premier tour, la consigne a été donnée à nos invités de venir seul, pour limiter les risques dans nos locaux.
La maquilleuse, forcément en contact très rapproché, porte un masque. Dès qu'un invité quitte le fauteuil, elle se lave les mains avant de passer au suivant. Et en plateau, chacun garde ses distances.

Pas de fermeture de notre station régionale, mais des accès limités

Comme nous vous l'indiquions lundi dernier, un journaliste de notre bureau régional d'information de France 3 Poitou-Charentes, à Poitiers, présentait des symptômes correspondants à ceux du coronavirus. Après avoir été pris en charge par le corps médical, et après une hospitalisation sous surveillance médicale, il a pu rentrer chez lui en bonne santé, sans symptômes. Les médecins ne lui ont pas diagnostiqué le Covid-19.
Afin de respecter le principe de précaution et de transparence, la direction du réseau, la direction de France 3 Nouvelle-Aquitaine et le médecin référent avaient décidés de fermer les locaux de la station régionale France 3 Poitou-Charentes de Poitiers.
Depuis, les locaux ont été désinfectés et rouverts aux équipes restreintes.
© Florent Loiseau - France Télévisions
© Florent Loiseau - France Télévisions

A la recherche du risque zéro

Très vite, on bascule dans un autre monde. Les consignes de sécurité internes montent encore d'un cran. Dans les voitures de reportage, il n'est plus question d'être côte à côte. Beaucoup sont déjà en télétravail (testé par l'entreprise dès jeudi dernier). Pour les autres, la participation à la conférence de rédaction se fait en audioconférence, depuis son téléphone de bureau. Scène surréaliste d'un collectif dispersé, « distancié ».

Le matériel de tournage désinfecté, salles de montage (presque) virtuelles

Tout le matériel de tournage est désinfecté, à la prise de service, à la fin de service. Côté salles de montage, il n'est plus question de s'enfermer à deux (rédacteur et monteur) encore moins à trois (avec le Journaliste Reporter d'Images) dans le même bureau, de partager les mêmes claviers d'ordinateur. Les reporters sélectionnent les extraits d'interviews et écrivent depuis leur bureau (désinfecté avec des lingettes), ou depuis la voiture de service.
La monteuse, seule dans sa salle. Les consignes de montage lui ont été indiquée auparavant. / © Florent Loiseau - France Télévisions
La monteuse, seule dans sa salle. Les consignes de montage lui ont été indiquée auparavant. / © Florent Loiseau - France Télévisions

Un accès limité à notre station régionale à Poitiers

L'accès à notre station est ultra codifié. Sur place, il n'est pas autorisé d'avoir plus d'une équipe de reportage à la fois. Le but est de limiter au maximum les croisements de personnels.
Nos moyens de transmission mobiles donnent une souplesse très utile dans ce moment de crise. Nous n'avons pas nécessairement besoin de retourner « à la base » pour fournir images, interviews et commentaire enregistrés. Pour cela, chaque équipe emporte systématiquement une valisette de transmission en 4G (dispositif de transmission numérique qui cumule plusieurs clés 4G).

Une présentation commune mais tournante pour les JT

Cette semaine, depuis mardi et jusqu'à ce jeudi, nos collègues de Bordeaux assurent la présentation et la diffusion de l'édition Nouvelle-Aquitaine. A compter de ce vendredi et pour le week-end, Limoges prend le relais jusque lundi soir. En Poitou-Charentes, grâce à nos collègues techniciens, on rallumera studio et régie de mardi à vendredi prochain.
Cette formule commune et ce format réduit n'ont pas d'autre objectif que de nous permettre de tenir sur la durée et la distance, sans épuiser nos forces.
L'important, pour une fois, est moins le « où » que le « comment » et le « pourquoi ». Pour cela, pour vous accompagner, pour faire le récit des conséquences et des problèmes créés par cette situation sanitaire exceptionnelle, inédite, il faut des équipes de reportages qui ne sont pas malades ou en quatorzaine. Mais aussi des équipes qui ne sont pas épuisées moralement, qui ne font pas la même chose que les collègues de la région d'à côté. C'est tout l'intérêt de notre réseau.
C'est une course de fond. Tout cela va durer. Ce relais télévisé entre nos trois antennes du Poitou-Charentes, du Limousin et de l'Aquitaine est plus qu'utile pour cela. Alors mettons de côté notre préférence régionale. Oui, c'est vrai, le Poitou-Charentes y perd en « temps d'antenne pur », en visibilité, un peu, mais l'essentiel est ailleurs. Le service public d'information est là, et, nous l'espérons, toujours fort de votre soutien, et c'est ça qui compte.

Sur le même sujet

Les + Lus