Que faire si vous trouvez un essaim d'abeilles dans votre jardin, et ce qu'il ne faut pas faire

Entre avril et juin, il est très fréquent de trouver un essaim d'abeilles en pleine nature, et même jusque dans votre jardin. Poussées hors de la ruche, elles peuvent être des milliers à s'agglutiner, mais pas de panique, un apiculteur peut venir les récupérer.

Après un hiver passé au chaud, au printemps, une partie de la colonie quitte la ruche avec la reine pour s'établir ailleurs. Des dizaines de milliers d'abeilles se retrouvent alors dans la nature, et il suffit de quelques minutes pour qu'un essaim investisse une branche d'arbre.

Cela peut être impressionnant, mais si cela vous arrive, il n'y a qu'un bon geste : prendre votre téléphone pour contacter un apiculteur qui viendra récupérer les petites butineuses. En attendant son arrivée, il ne faut en aucun cas les toucher ni faire bouger la branche à laquelle elles se sont accrochées. Lorsqu'elles quittent la ruche, les abeilles ne sont pas très agressives, car elles sont gorgées de miel et n'ont pas de domaine à protéger, mais il est toutefois possible d'être piqué. "Si une ou deux piqûres sont seulement douloureuses, plusieurs centaines peuvent être mortelles", prévient Alexandre Thevenet, apiculteur amateur. De plus, en perturbant l'essaim, la reine pourrait tomber, et sans reine, toute la colonie peut s'éteindre.

Il est également interdit de détruire un essaim, en pulvérisant des produits chimiques par exemple.

Un service gagnant-gagnant avec les apiculteurs

Les apiculteurs, professionnels ou amateurs, qui récupèrent les essaims sont répertoriés sur différents sites internet, comme SOS essaim ou essaim-abeille.org, mais aussi sur les sites des fédérations et des associations apicoles, ou encore sur les réseaux sociaux. Lorsque l'apiculteur se déplace, il n'y a pas d'échange d'argent, sauf si l'opération est compliquée et nécessite du matériel spécifique. Il s'agit généralement d'un échange de bons procédés : il vous libère de la présence un peu envahissante de ces petits insectes, tout en gagnant une future colonie pour son activité professionnelle.

Il est très important de contacter rapidement un apiculteur, car en laissant ces abeilles sans domicile fixe stationner autour de votre maison, vous prenez le risque qu'elles y élisent domicile : "Elles risquent de s'installer à un endroit où on sera obligé de les tuer pour les déloger", alerte Emmanuel Tournade, apiculteur à Valence-en-Poitou. Elles aiment beaucoup les cheminées par exemple, puisque ces conduits étroits leur offrent un espace protégé de nombreux prédateurs, mais une fois qu'elles s'y logent, il est très difficile de les faire sortir sans avoir à les exterminer. Il peut donc être intéressant de penser à faire condamner l'entrée haute de sa cheminée si on ne l'utilise plus.

Quelques conseils pour prendre soin des abeilles en été

Depuis plusieurs années, les scientifiques et défenseurs de la nature alertent sur l'effondrement des populations d'insectes. Selon l'ONG Pollinis, chaque année les professionnels constatent la perte de 20 à 30 % des abeilles qui peuplent leur ruche.

Face à un essaim, ce rapide coup de téléphone à un apiculteur est déjà un bon service rendu à la biodiversité : "Ce qui m'importe, c'est de préserver les abeilles", confie Alexandre Thevenet. "Le taux de réussite, de survie, d'un essaim est bien supérieur dans une ruche que dans la nature."

Même après la période d'essaimage, quelques bons réflexes peuvent permettre de protéger les butineuses. Lorsqu'il fait très chaud, les abeilles mouillent leur corps pour aller refroidir la colonie avec leurs ailes. Vous pouvez leur mettre un peu d'eau à disposition dans une soucoupe par exemple, en pensant bien à laisser flotter un morceau de bois pour leur permettre de redécoller et d'éviter la noyade.

Soyez également vigilants face à la présence du frelon asiatique, grand prédateur des abeilles. Si vous trouvez un nid, faites appel à des spécialistes pour l'enlever, car les piqûres de ces gros insectes sont très dangereuses.

Enfin, garnissez votre jardin de plantes mellifères comme le thym, l'angélique, le framboisier ou encore le tournesol, et surtout, n'utilisez pas de pesticides ou d'engrais.

L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Nouvelle-Aquitaine
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité