Vouillé : des riverains se mobilisent pour le retrait d'une antenne Free installée à moins de 150 mètres des habitations

Une antenne de 33 mètres de haut de l'opérateur Free a été installée à proximité de certaines habitations de la commune de Vouillé. Les riverains sont en colère et dénoncent un manque d'informations. Le maire estime avoir fait le nécessaire et que l'installation a été réalisée dans les règles.
Vouillé : des riverains se mobilisent pour le retrait d'une antenne Free installée à moins de 150 mètres des habitations.
Vouillé : des riverains se mobilisent pour le retrait d'une antenne Free installée à moins de 150 mètres des habitations. © Lucie Dinet
Les habitants de Vouillé (Vienne) se sont réveillés jeudi 26 novembre avec une surprise de 33 mètres de haut, à une centaine de mètres de leur jardin. Une antenne 4G de l'opérateur Free a été installée sur la zone artisanale Beauregard de Vouillé.  Une surprise due à un manque d'informations selon les riverains concernés : "On a été mis sur le fait accompli. Personne ne nous a informés, ni Free, ni la Communauté de communes du Haut-Poitou ni la mairie", déplore Lucie Dinet, habitante la plus impactée.

L'antenne se trouve à moins de 60 mètres de son jardin et à moins de 150 mètres de sa maison. Lucie Dinet a fait réévaluer sa maison. Le manque à gagner est estimé à 20.000 euros. "C'est une maison qu'on a construite nous-même. On y a mis tout notre cœur et tout notre argent. De voir qu'elle est dévaluée à cause d'une antenne mise sans concertation, je trouve ça moche."

Le propriétaire du terrain sur lequel l'antenne a été installée a été joint par Free. Il accepté de louer sa parcelle même s'il reconnaît le caractère peu esthétique du pylône. Il estime que "pour avoir du réseau téléphonique aujourd'hui, il faut aussi accepter la présence de ces antennes."

Un affichage réglementaire ?

Sylvie Deschamps-Bommel vit un peu plus loin et constate aussi ce manque de concertation : "On n'est pas contre l'installation d'une telle antenne, mais on aurait aimé être prévenus. D'autant que dans d'autres communes, des antennes sont installées près de bois. Des solutions existent, elles n'ont pas été considérées", estime-t-elle. Elle déplore "une pollution visuelle. Il faut imaginer que 33 mètres, c'est l'équivalent d'un immeuble de 10 étages". Elle regrette aussi qu'"aucune déclaration préalable n'ait été affichée". Un huissier est venu constater la situation. Il a noté que l'antenne "est visible de loin. Elle dépasse largement la hauteur du local près duquel elle se trouve. Je ne vois pas d'autres antennes de ce genre aux alentours." Dans son rapport, il a aussi indiqué "l'absence de panneau d'affichage sur le site."

Le maire de la commune, Eric Martin, estime avoir réalisé l'affichage réglementaire. "La déclaration a été affichée au niveau de la mairie. Je ne pouvais pas m'opposer à cette installation, car l'antenne est sur un terrain privé et Free a rempli le dossier dans les règles de l'art."

Free invité à rejoindre la discussion

Mais face à la mobilisation de ses habitants, il regrette que l'opérateur n'ait pas "pris l'attache des riverains pour les prévenir." Il souhaite donc organiser une réunion avec Free "pour voir ce qu'il est possible de faire. Si Free acceptait de changer de place ce pylône, ce serait bien pour tout le monde. Je veux absolument qu'une rencontre puisse se faire." En attendant, une réunion est organisée le 16 décembre avec le maire, le président de la communauté de communes du Haut-Poitou et les habitants. Une nouvelle saluée par les riverains : "On va pouvoir faire le point sur la responsabilité de chacun dans ce dossier parce qu'entre la communauté de communes et la mairie, on ne sait plus qui fait quoi. On ne veut pas se faire balader et que les discussions durent des mois", souligne Sylvie Deschamps-Bommel.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
internet économie manifestation social