A Castres, un bébé de 4 mois décède, victime de probable maltraitance

Amené à l'hôpital de Castres avec de graves blessures, un bébé de 4 mois est décédé mercredi 3 octobre. Soupçonnés de maltraitance, les parents ont été entendus par un juge et dorment provisoirement en prison.

Le bébé ? "Tombé sur la tête". Selon le père du nourrisson, il ne s'agissait que d'un accident, survenu alors qu'il lui donnait le biberon. L'enfant lui aurait glissé des bras avant de finir sa chute sur le sol, tête la première. Cette version des faits, c'est celle que le jeune homme âgé de 21 ans a présenté au Samu, le soir du  29 septembre, et que relate la Dépêche du Midi dans ses colonnes. 

Après avoir recouché la petite fille âgée de 4 mois, et devant des "troubles" manifestes, il a décidé de contacter les secours. Transportée à l'hôpital de Castres, puis au service de pédiatrie du CHU Purpan à Toulouse, le bébé commençait à tomber dans le coma. 

Les médecins donnent l'alerte

Les premiers examens permettent de constater des côtes fracturées, qui viennent contredire les explications du père et la thèse du choc à la tête. D'autres marques de violence, plus anciennes, vont également alerter les spécialistes toulousains, qui décident alors de contacter le parquet.

Malgré des soins intensifs durant trois jours, l'enfant est décédé mardi soir. Les deux parents ont été mis en examen pour "violence volontaire ayant entraîné la mort sans intention de la donner sur mineur de moins de 15 ans." Sans emploi, le couple n'a pas reconnu d'acte de maltraitance, il a été placé en détention provisoire à la prison de Seysses près de Toulouse. 

Une autopsie est prévue dans la journée afin d'établir formellement les causes du décès, et de confirmer ou non les violences subies par le bébé. Il faut signaler que la mère, âgée de 25 s'était vue retirer la garde d'un premier enfant, placé dans une famille d'accueil 10 jours seulement après la naissance.
L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité