Cet article date de plus de 8 ans

Toulouse : l'étudiante giflée pour avoir marché sur des versets du Coran porte plainte

La jeune femme, âgée de 19 ans, a été molestée mardi dernier par un groupe de femmes hystériques. L'affaire devrait être jugée devant le tribunal de police. 
L'artiste marocain Mounir Fatmi a décidé de retirer son oeuvre.
L'artiste marocain Mounir Fatmi a décidé de retirer son oeuvre.
Les faits se sont déroulés mardi soir, sur le Pont-Neuf. Alors qu'elle marche sur le trottoir en direction d'Esquirol, une étudiante toulousaine est giflée par plusieurs femmes, visiblement très en colère. La jeune femme, en effet, marchait - sans le savoir - sur des extraits de versets du Coran, projetés sur le sol dans le cadre d'une exposition pour le Printemps de Septembre. 

Violences légères

Les femmes mises en cause lui ont vivement reproché de ne pas respecter le Coran. Le ton a monté, la police a dû intervenir pour disperser les quelques 80 manifestants réunis pour protester contre cette oeuvre d'art d'un artiste marocain, Mounir Fatmi.
La jeune fille, très choquée, a finalement décidé de porter plainte pour violence légère. Dans une interview accordée aujourd'hui au quotidien régional La Dépêche du Midi, elle précise qu'il n'est nullement question pour elle de faire un amalgame entre une poignée d'excités et l'ensemble de la communauté musulmane. Elle souligne également qu'elle n'a voulu offenser personne et qu'aucun panneau explicatif n'accompagnait cette projection. 

Oeuvre retirée

De fait, la projection n'aurait pas dû se dérouler ce soir-là. Elle l'a été inopinément, suite à un incident technique. Et sans la présence d'un médiateur, habituellement prévue.
L'artiste a d'ailleurs décidé de retirer le dispositif de projection, après les incidents de mardi. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers