Paratonnerres radioactifs : un danger méconnu

Plusieurs milliers de paratonnerres radioactifs, dont une soixantaine en Midi-Pyrénées, constituent un véritable danger pour toute personne s'en approchant de trop près. Un toulousain en dresse l'inventaire.

En France, sur les hautes cheminées, les clochers d'églises, les toits de gare, les toits des écoles étaient installés des paratonnerres radioactifs. Très efficaces pour protéger des dangers de la foudre, ils sont également très dangereux si l'on s'en approche de trop près car ils émettent des radiations radioactives
Dans les années 50, on cessa de les installer mais il en reste encore beaucoup (vraisemblablement plusieurs milliers).
Des associations tentent d'en dresser un inventaire. 
C'est notamment le cas d'un toulousain, Christian Tirat qui les recherche en Midi-Pyrénées.



Les difficultés pour s'en débarrasser

  • Il est légalement obligatoire de les démonter sur les installations ICPE (Installations Classées Protection Environnement) , en revanche nulle obligation de démontage dans les lieux non-classés.
  • On peut en retrouver partout, dans des décharges par exemple ou chez des ferrailleurs.L'un d'entre eux était même utilisé comme porte-manteau.
  • Le coût de démontage est très élevé (environ 4000 euros). Il doit être effectué par des entreprises spécialisées
L'autorité de Sûreté nucléaire souhaite accélérer la dépose mais l'arrêté concernant n'est toujours pas publié.
En vidéo, le reportage de Catherine Monnier et Pascale Conte



Cliquer ici pour la Carte des implantations officielles en France des paratonnerres radioactifs

L'actualité "" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité