Tarbes : le procès du meurtrier présumé de l'octogénaire reporté

En condamnant un automobiliste pour homicide involontaire sur un foetus, le tribunal correctionnel de Tarbes va à l'encontre de la jurisprudence / © CC - BY - SA / Florent Pécassou
En condamnant un automobiliste pour homicide involontaire sur un foetus, le tribunal correctionnel de Tarbes va à l'encontre de la jurisprudence / © CC - BY - SA / Florent Pécassou

Jérémy Priour devait comparaître devant les assises des Hautes-Pyrénées pour le meurtre d'une vieille dame en 2010. Le jeune homme avait pénétré dans l'appartement de la place aux bois avant de la battre à mort et de mutiler son cadavre. Le procès est reporté au mois de juin.

Par Véronique Haudebourg

Un avocat n'a pu se présenter aux assises des Hautes-Pyrénées ce jeudi, pour des raisons familiales. le procès de Jérémy Priour est reporté au mois de juin.

Le 22 juin 2010, une octogénaire, handicapée et sans fortune, est retrouvée morte dans une mare de sang à Tarbes. C'est l'aide-ménagère de la vieille dame qui découvre le corps dans l'appartement du rez-de-chaussée de la place au bois, en plein centre ville. Un crime abominable déclare le procureur à l'époque. La victime baigne dans une mare de sang. Elle a succombé à des coups extrêmement violents. Son meurtrier mutilera son cadavre au cutter post-mortem avant de s'enfuir.

Le meurtrier présumé qui comparaîtra en juin aux assises des Hautes-Pyrénées s'appelle Jérémy Priour. Il a à peine plus de 18 ans au moment des faits. Sans emploi et sans ressource, après avoir déserté l’armée où il venait juste de signer un contrat d’engagé, en Bretagne, le jeune homme est toxicomane. Le soir du drame, profondément alcoolisé et alors que la fête de la musique bat son plein, il fausse compagnie à trois amis pour aller dans l'appartement de la victime. Son crime commis, il part se changer et rejoint ses amis.
   
C'est en voulant se débarasser du chéquier de la victime que le meurtrier présumé est arrêté. Il reconnaît les faits mais affirme ne pas se souvenir des mutilations aux cutter, avant de mettre en cause un soi-disant second homme. L'enquête montrera qu'il n'existe pas et que Jérémy Priour a agit seul.

Agé aujourd'hui de 22 ans, Jérémy Priour comparaît pour homicide et risque la réclusion à perpétuité. 

Sur le même sujet

Les + Lus