Cet article date de plus de 8 ans

Alain Guiraudie, l'enfant terrible du cinéma français

Le cinéaste aveyronnais Alain Guiraudie sera de nouveau sur la Croisette, dans la sélection officielle du festival de Cannes. Dix ans après Ce vieux rêve qui bouge, il revient avec un long-métrage, L'inconnu du lac, programmé dans la catégorie Un certain regard...
Le cinéaste aveyronnais Alain Guiraudie.
Le cinéaste aveyronnais Alain Guiraudie.
C'était il y a douze ans... Alain Guiraudie débarquait sur les marches de Cannes, avec son très beau moyen-métrage Ce vieux rêve qui bouge (titre inspiré d'une chanson de Bernard Lavilliers, ndlr). 
Cette année-là, il était en compagnie d'Yves Caumon, autre cinéaste gaillacois, lui aussi programmé à cannes, dans la sélection Un certain Regard pour son film Amour d'enfance, qui a d'ailleurs raflé le premier prix... 
Deux réalisateurs vivant et travaillant à Gaillac, dans le Tarn et propulsés dans la cour des grands du 7ème art, dans le glamour et les paillettes cannoises ! Un comble, qui avait fait dire à Jeanne Balibar : "Gaillac est cette année la ville la plus représentée à Cannes, après Honk-Kong..."

Alain Guiraudie en quelques mots


Douze ans après, le revoilà donc, l'enfant terrible du cinéma français...
Né en 1964 à Villefranche-de-Rouergue (Aveyron), dans une famille d'agriculteurs, Alain Guiraudie se nourrit de culture populaire : bande-dessinée, dessins animés et westerns. Il n'a pas fait d'école de cinéma mais n'aime pas qu'on le taxe "d'autodidacte qui fait de l'art sans y penser". Il est peut-être sans influences, Alain Guiraudie, mais son art, il y pense sans cesse. 
De son cinéma, il y a beaucoup à dire, tant il ne ressemble à aucun autre. Entre le conte et le burlesque, Guiraudie joue de la poésie, et ses acteurs ont parfois l'air de ne pas en être. 
Son "genre", il le trouve aussi dans ses racines, lui qui n'a pas réussi à quitter le Sud-Ouest pour Paris, et qui n'avoue qu'un seul exil, de l'Aveyron au Tarn (il vit désormais à Albi). 
Après avoir arpenté les causses du Larzac, les usines désaffectées de Saint-Juéry, le plateau de Cordes  et les vieux garages albigeois, Alain Guiraudie a tout de même fait une infidélité au Sud-Ouest en tournant ce dernier long-métrage dans le Var.

Espoir du cinéma français


L'Inconnu du lac, histoire d'un triangle amicalo-amoureux troubles entre trois hommes, est donc présenté courant mai au festival de Cannes, dans la catégorie Un certain regard. Quel accueil sera réservé à ce long-métrage ? Il y a douze ans, la critique proclamait Alain Guiraudie l'espoir majeur du cinéma français. Jean-Luc Godard qualifiait Ce vieux rêve qui bouge de meilleur film du festival, rien de moins. L'enfant terrible du cinéma français, qui filme les paysans, les ouvriers, les  homosexuels comme personne, reconnaît qu'il est agréable d'être attendu tant qu'on sait créer, toujours, la surprise... 

Rencontre avec Alain Guiraudie avant son départ pour Cannes :
durée de la vidéo: 03 min 02
Portrait Alain Guiraudie



Les films d'Alain Guiraudie

1990 : Les héros sont immortels
1993 : Jours perdus
1994 : Tout droit jusqu'au matin
1997 : La Force des choses
2001 : Du soleil pour les gueux
2001 : Ce vieux rêve qui bouge (prix Jean-Vigo 2001)
2007 : On m'a volé mon adolescence (téléfilm)
2003 : Pas de repos pour les braves
2005 : Voici venu le temps
2009 : Le Roi de l'évasion
2013 : L'Inconnu du lac
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
festival de cannes cinéma