• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Le douloureux nouvel an d'Enrique Ponce

Enrique Ponce, Nîmes septembre 2013 / © Louise de Zan
Enrique Ponce, Nîmes septembre 2013 / © Louise de Zan

En quinze mois, trois blessures aux muscles abducteurs de la jambe gauche pour Enrique Ponce.

Par Vincent Bourg



Enrique Ponce a décidément du mal avec sa jambe gauche qui lui crée bien des misères. Sa première rupture (4 cm) des abducteurs avait eu lieu à Valence, le 29 juillet 2012.  Les médecins lui conseillèrent un mois d’arrêt, réduit à dix-huit jours, Enrique reprenant l’épée le 17 août à Málaga.

Deuxième coup dur, le 25 novembre dernier : Ponce s’entraîne dans sa finca de Cetrina (province de Jaén). Le muscle lâche de nouveau et malgré la recommandation expresse des spécialistes d’aller au bout des soins, le maestro valencien décide de défiler à la feria de Lima, le 8 décembre 2013 où il fêta ce jour-là ses 42 ans. Il avouera par la suite s’être ressenti de sa jambe.

Enfin, le jour de l’an 2014, encore et toujours à l’entraînement chez lui, Ponce entend un « clac » qu’il connaît bien… Inutile de songer à toréer le 23 janvier à San Cristóbal (Venezuela), le 25 à Medellín et le 26 à Duitama  (Colombie). Si l’opération des abducteurs est nécessaire, il faudra compter entre trois et six mois de convalescence.

Zoc.

Sur le même sujet

Incendie de Rouen : polémique à l'USAP sur le maintien du match de rugby de Pro D2

Les + Lus