Jean-Luc Moudenc au Capitole, les électeurs de la 3ème circonscription vont retourner aux urnes

Jean-Luc Moudenc et sa suppléante à l'assemblée Laurence Arribagé / © MaxPPP
Jean-Luc Moudenc et sa suppléante à l'assemblée Laurence Arribagé / © MaxPPP

Le nouveau maire de Toulouse a confirmé qu'il allait démissionner de son mandat de député de la Haute-Garonne pour se consacrer à la mairie de Toulouse. Une élection législative partielle aura donc lieu sur la 3ème circonscription.

Par Fabrice Valery

Après l'élection municipale, les électeurs de la 3ème circonscription de la Haute-Garonne vont retourner aux urnes. Comme il s'y était engagé pendant la campagne, Jean-Luc Moudenc a annoncé dès dimanche soir et sa victoire au Capitole qu'il va démissionner de son mandat de député de la Haute-Garonne pour se consacrer à plein temps à son mandat de maire. 

Un calendrier encore inconnu

Jean-Luc Moudenc a les clés du calendrier. Aucune loi ne l'oblige pour l'instant à choisir entre ses deux mandats, maire et parlementaire. Ce cumul est toujours légal. Choisira-t-il de démissionner rapidement pour organiser un scrutin partiel dans la dynamique de sa victoire à la municipale ? Il ne l'a pas encore précisé. 

Laurence Arribagé désignée d'office

C'est sa suppléante à l'Assemblée depuis 2012, Laurence Arribagé, 44 ans, qui sera la candidate de l'UMP à ces législatives. Jean-Luc Moudenc a déjà annoncé qu'il sera son suppléant.

L'incroyable scénario de 2012

En 2012, dans la foulée de la présidentielle, Jean-Luc Moudenc avait été élu député de la 3ème circonscription de la Haute-Garonne au terme d'un incroyable scénario : après avoir accusé le gouvernement de droite, dont le ministre Alain Marleix, d'avoir redécoupé ce territoire au profit du candidat UMP, le PS avait réservé cette circonscription à son partenaire, Europe Ecologie Les Verts. Les écologistes qui avaient investi François Simon. Mais l'ancien candidat PS aux municipales de 2001 à Toulouse ne faisant pas l'unanimité à gauche, Alain Fillola, le maire PS de Balma était entré en dissidence.
Cette fracture à gauche avait permis à Jean-Luc Moudenc de l'emporter au second tour avec 353 voix d'avance sur François Simon. Depuis Alain Fillola a aussi perdu la mairie de Balma au profit de Vincent Terrail-Novès, un proche... de Jean-Luc Moudenc !


Sur le même sujet

Max Brail, maire de Lastours, regrette le manque de soutien de la part de l'Etat

Les + Lus