Les agriculteurs irrigants de trois départements garonnais refusent de payer leur redevance annuelle

Près de 700 agriculteurs irrigants du Tarn-et-Garonne, Haute-Garonne et Lot-et-Garonne , rassemblés mardi à Montauban ont annoncé que, cette année, ils ne paieraient plus la redevance annuelle due au Syndicat Mixte d'Etudes et d'Aménagements de la Garonne.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Réunis mardi à Montauban, la majorité des agriculteurs irrigants des plaines de la Garonne ont exprimé un véritable désarroi quant à l'avenir de leurs exploitations en cas de réduction des possibilités d'irrigation. 
L'annonce de Ségolène Royal, ministre de l'écologie, de diminuer de 20 % l'irrigation leur pose "un gros problème". Cette annonce, en effet, n'est pas de bon augure pour ceux qui ont fait le choix de la culture du maïs dans les plaines de la Garonne, une culture très consommatrice d'eau.

Autre signal négatif : l'affaire du projet avorté du barrage de Sivens
Les agriculteurs sont conscients que les forces s'opposant à des constructions de retenues d'eau pharaoniques deviennnent de plus en plus puissantes et audibles. 
Qui aujourd'hui oserait proposer un nouveau projet similaire à celui de Sivens ? Quelle collectivité territoriale ?
Les élus français ont suivi de près les souffrances endurées par les élus du conseil général du Tarn qui se sont trouvés englués dans des conflits qui les dépassaient.

"On ne paie plus"
La décision de ne rien payer au SMEAG cette année s'accompagne d'un "refus des experts du ministère de l'environnement s'il n'y a pas de création de nouvelles réserves possibles".