4 morts en une semaine dans la région : ce qu'il faut savoir sur le danger des baignades

Les dernières noyades ont eu lieu dans le lac des Saints-Peyres dans le Tarn / © S. Duchampt / France 3
Les dernières noyades ont eu lieu dans le lac des Saints-Peyres dans le Tarn / © S. Duchampt / France 3

Quatre personnes ont perdu la vie en quelques jours en voulant se baigner dans des lacs ou des rivières. L'imprudence peut parfois conduire au drame. Voici quelques conseils. 

Par Fabrice Valery

Les deux jeunes hommes de 21 et 23 ans qui se sont noyés mardi dans le lac des Saints-Peyres dans le Tarn portent à quatre le nombre de victimes de baignade dans notre région en moins d'une semaine. C'est souvent l'imprudence qui est à l'origine des décès.

° Respectez les interdictions de baignades

Dans le lac des Saints-Peyres près de Mazamet (Tarn), comme dans celui de la Sède à Saint-Gaudens (Haute-Garonne) où un jeune homme de 23 ans s'est noyé la semaine dernière, la baignade était interdite. Malgré la tentation de l'eau, surtout par fortes chaleurs, les interdictions doivent être respectées. Elle sont des mesures de précaution liées à chaque plan d'eau : des courants froids, des tourbillons dus à l'exploitation hydroélectrique, sont autant de phénomènes dangereux souvent invisibles de la surface ou du bord de l'eau. Des contraventions allant de 11 à 33 euros peuvent être dressées pour le non-respect de l'interdiction, mais elles sont très rares. 
La sécurité des baignades

° Ne prenez pas de risque inconsidéré en sautant ou plongeant

L'attrait de l'eau peut aussi être mortel, si les conditions ne se prêtent pas à l'activité nautique. Dimanche, c'est un homme de 44 ans qui s'est tué en plongeant d'un pont à Auterive. Le niveau de l'eau était trop bas et il s'est fracturé le crâne au fond du lit de la rivière. L'évaluation de l'environnement dans lequel vous vous baignez ou vous accompagnez vos enfants est primordial pour éviter tout accident.
Photo d'illustration / © MaxPPP
Photo d'illustration / © MaxPPP

° Méfiez-vous du phénomène d'hydrocution

L'hydrocution est un choc thermique entre le corps humain et le milieu aquatique. Lorsque la température du corps est élevée, par exemple après une exposition au soleil, les vaisseaux sanguins situés sous la peau se dilatent et le coeur accélère pour permettre d'évacuer cette chaleur. Dans l'eau, le corps se refroidit 25 fois plus vite que dans l'air. Au contact de l'eau froide, les vaisseaux se contractent, le sang afflue vers le coeur qui ralentit. Le cerveau n'est alors plus irrigué normalement et cela provoque une perte de conscience, puis un arrêt cardio-respiratoire. En 4 ou 5 minutes, s'il n'est pas secouru, le baigneur peut ainsi se noyer. 
Ne pas se baigner dans une eau trop froide en été, ou ne pas entrer dans l'eau directement après s'être longuement exposé au soleil, permet d'éviter ce type d'accident, très fréquent. 

° En montagne, des consignes particulières

Dans les Pyrénées, les abords des lacs ou des torrents peuvent être très glissants. L'eau des lacs de montagne, avec la fonte des derniers névés, peut être très froide, même en plein été, d'où un risque accru d'hydrocution (lire ci-dessus). Surtout, le petit ruisseau dans lequel vous vous baignez pour prendre le frais peut se transformer en quelques minutes en un puissant torrent de montagne, au gré de lâchers d'eau par les exploitants de barrages hydroélectriques. Renseignez-vous sur cette possibilité avant votre randonnée et respectez les panneaux d'informations qui vous informent des risques encourus. 

Sur le même sujet

Max Brail, maire de Lastours, regrette le manque de soutien de la part de l'Etat

Les + Lus