L’accès aux remontées mécaniques autorisé aux professionnels et mineurs licenciés en club

Publié le

Publié ce samedi matin, un décret autorise les professionnels et les mineurs licenciés d’un club affilié à la Fédération française de ski à disposer des remontées mécaniques. Une décision qui est loin de satisfaire les acteurs de la montagne dans les Pyrénées.
 

Ce décret est loin de faire l’unanimité. Dans les Pyrénées, les professionnels de la montagne n’ont pas encore eu le temps de se concerter mais l’annonce est loin de les satisfaire. En autorisant l’accès aux sportifs de haut-niveau, aux professionnels et aux mineurs licenciés dans un club, "on crée des inégalités entre les publics qu’il va falloir gérer", explique Akid Boufaid, le directeur de la station de Saint-Lary.


Inégalités et coût supplémentaire

Un décret qui selon le directeur de la station de Saint-Lary a son lot de contraintes.
On va ouvrir les remontées à des mineurs et on va expliquer aux touristes qu’ils n’ont pas le droit d’accéder aux remontées mécaniques. Cela va nous compliquer la tâche.

Une décision qui va engendrer des coûts supplémentaires pour les stations de ski. Les clubs vont faire pression, les habitants de Saint-Lary vont exiger d’utiliser le téléphérique pour rejoindre la station, la pression des élus…tout cela à un coût et il faudra que les collectivités nous aident. On voit bien l'accumulation des difficultés rencontrées en n'ouvrant que partiellement.

 

La sécurité en jeu

Pendant les vacances scolaires la station de Saint-Lary va accueillir plus de 4000 touristes. "Il va falloir faire de la pédagogie, encadrer tous ces gens qui ne rêvent que d’une chose, profiter aux maximum de leur vacances. Les gens ne sont pas conscients des risques en montagne et il est impératif d’assurer leur sécurité", rajoute Akid Boufaid.
Les CRS de montagne et le PGHM ont d’ailleurs fait savoir au gouvernement qu’il était impératif d’ouvrir les services de secours des stations pour assurer la sécurité des touristes.

 Peu d’espoir sur la réunion du 11 décembre prochain

Ce jeudi, les départements pyrénéens et la région Occitanie ont déposé un recours devant le conseil d’Etat, demandant la réouverture des remontées mécaniques pendant le vacances de Noël. Elus, commerçants, professionnels de la montagne, ils étaient nombreux à manifester cette semaine pour faire entendre leur désarroi.

Mais l’espoir de voir rouvrir les remontées mécaniques pour les vacances est très mince.
"Nous sommes conscients des risques liés au covid mais il faut vraiment que le gouvernement regarde à la loupe nos propositions de protocole sanitaire. Les décisions ont été prises à la hâte sans concertation et il vaudrait mieux embaucher des agents de sécurité pour faire de la prévention et de la pédagogie plutôt que de mettre en place le chômage partiel. Le ski n’est pas dangereux, on est en plein air et les gens sont protégés,  en revanche les distanciations sociales et les protocoles sanitaires ne seront pas forcément respectés lorsque que tout ce monde va se retrouver à midi ou le soir."