Andorre : un centre de recherche en immunologie prévu pour 2023

Le gouvernement d’Andorre vient d’annoncer la création prochaine d’un centre de recherche en immunologie. Il devrait voir le jour en 2023 à Ordino, à moins d’une heure de la frontière avec la France.

Le Centre de recherche sera l’un des rares dédié à l’immunologie en Europe et servira à développer des traitements pour les troubles du système immunitaire.
Le Centre de recherche sera l’un des rares dédié à l’immunologie en Europe et servira à développer des traitements pour les troubles du système immunitaire. © Gouvernement d'Andorre.

C’est un projet de santé d'une grande ampleur pour ce petit pays de près de 80 000 habitants. Le gouvernement d’Andorre vient d’annoncer la création d’un centre de recherche en immunologie, prévu pour 2023. De portée internationale, le centre permettrait d’améliorer nos connaissances sur le système immunitaire.

Le bâtiment sera construit à Ordino, dans le Nord-Ouest du pays, à moins d’une heure de route de la frontière avec la France.

Le coût de la construction du centre de recherche est estimé à 25 millions d'euros.
Le coût de la construction du centre de recherche est estimé à 25 millions d'euros. © Gouvernement d'Andorre

L’accord vient d’être signé entre le gouvernement Andorran et l’entreprise Grífols, multinationale spécialisée dans la santé. Pour son codirecteur, Víctor Grífols Deu, le projet est destiné à devenir « un centre international de classe mondiale », qui « développera des thérapies pour améliorer la santé des gens. »

Le projet devrait coûter 25 millions d’euros, financé par la multinationale pharmaceutique Grífols, qui investira également près de 7 millions d’euros par an pour la recherche. Le gouvernement d’Andorre apportera quant à lui 200 000 euros par an.

« Cet accord est un coup de pouce décisif dans la création de nouveaux secteurs innovants et dans la diversification de notre économie », a tweeté le chef du gouvernement andorran, Xavier Espot Zamora.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société andorre international recherche culture sciences covid-19