L'application de Welfarm pour dénoncer le transport de bétail sous la chaleur présentée à Nîmes et Sète

L'été, les conditions de transport du bétail sous la chaleur peuvent être difficiles. L'association Welfarm propose une application pour signaler cette pratique, qui relève à leurs yeux de maltraitance. Des bénévoles l'ont présentée cette semaine à Nîmes et à Sète.
Munis d'une pétition, 4 bénévoles de l'association de protection des animaux de ferme, Welfarm, ont arpenté les rues de Nîmes.
Munis d'une pétition, 4 bénévoles de l'association de protection des animaux de ferme, Welfarm, ont arpenté les rues de Nîmes. © C. Nicolas / FTV
L'été, les conditions de voyage du bétail peuvent être difficiles. L'association Welfarm lance une application pour permettre de signaler la présence sur la route de bétaillères lors de fortes chaleurs. Munis d'une pétition, quatre bénévoles de l'association de protection des animaux de ferme ont arpenté les rues de Nîmes et de Sète pour présenter leur démarche. 

Les militants espèrent parvenir à faire interdire le transport de bétail par 30°C grâce aux données collectées sur l'application.
 

Tout un chacun peut signaler les camions de transport qu'il croise sur la route des vacances et qui circulent par temps de canicule. On va compiler tous les signalements recensés sur l'application smartphone pour visibiliser le problème et faire un rapport au gouvernement pour indiquer que c'est une vraie problématique qui existe.

Pauline Di Nicolantonio, chargée de campagnes à Welfarm

Réduire la durée des transports, abattre les animaux à proximité des exploitations agricole, un retour des circuits courts, c'est ce que réclame, in fine, cette association. Chaque année, plusieurs dizaines de milliers d'animaux sont débarqués au port de Sète et transportés dans des bétaillères à travers la France.
 
Le local, c'est ce que prône Frédéric Ehret, éleveur ovin à quelques kilomètres de Nîmes. Ses animaux sont abattus à moins d'une heure de son exploitation. Un moyen pour lui de réduire notamment les trajets qu'il effectue uniquement le matin tôt ou le soir tard en période estivale. Il émet donc quelques réserves sur le fonctionnement de cette application.
 

Il faudrait savoir, si je signale un camion, ce qui se passe à l'instant T, depuis combien de temps les bêtes sont chargées, depuis quelle heure et jusqu'où elles vont. Si je n'ai pas le choix, je charge les bêtes à 12h, pour un transport de 30 minutes. Si c'est pour les mettre à un endroit où elles seront mieux, je ne vois pas ce que ça peut changer.

Frédéric Ehret, éleveur ovin dans le Gard

Depuis 2019, le transport des animaux est interdit entre 13h et 18h lors des épisodes de canicule. Une mesure aujourd'hui insuffisante pour de nombreuses associations qui réclament une révision de la réglementation.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
animaux nature agriculture économie vie associative société