Augustin Bonrepaux quitte officiellement la présidence du Conseil général de l'Ariège

Augustin Bonrepaux / © MaxPPP
Augustin Bonrepaux / © MaxPPP

C'était annoncé depuis le début du mois d'octobre. Augustin Bonrepaux a officiellement démissionné ce lundi de son mandat de président du Conseil Général de l'Ariège.

Par LB avec AFP

Le socialiste Augustin Bonrepaux, 78 ans, a présidé ce lundi sa dernière séance au Conseil Général de l'Ariège, avant de présenter sa démission sous une salve d'applaudissements.
Il l'avait annoncé lors d'une conférence de presse le 8 octobre dernier, il l'a officialisé ce lundi. L'emblématique président du département ariégeois a décidé de tirer sa révérence après treize années de présidence. "C'est la meilleure façon d'assurer la transition avec ceux qui souhaitent poursuivre
au sein de cette assemblée
", a déclaré l'ancien instituteur ariégeois  en séance plénière du conseil général. 

Les images d'Augustin Bonrepaux lors de sa dernière séance de Président :
Démission Augustin Bonrepaux
Augustin Bonrepaux siège au Conseil général depuis 38 ans. Il y avait fait son entrée en 1976 et le dirigeait depuis 2001. Il a siégé à l'Assemblée nationale de 1981 à 2007. "Je ne m'attarderai pas sur une décision qui reste personnelle", a-t-il déclaré.
Le 8 octobre, en annonçant sa démission, il avait déjà fait valoir qu'il passait la main par souci d'"anticiper", de "ne pas perdre de temps par rapport aux élections" départementales du printemps 2015. Il avait jugé important que celui ou celle qui lui succèderait se présente à ce scrutin.

Lui-même ne se représentera pas comme conseiller général. Son remplaçant au poste de président du Conseil général devrait être élu le 3 novembre.
Le fauteuil ne devrait pas échapper à un parti socialiste très largement majoritaire (18 sièges sur 22). Deux candidats socialistes se sont déclarés : Christine Tequi, 51 ans, vice-présidente du Conseil général, et Henri Nayrou, 69 ans, ancien député (1997-2012) et président de la commission des finances du Conseil. Les militants socialistes de l'Ariège doivent désigner leur favori mardi.

Considéré comme l'un des pères du tunnel du Puymorens inauguré en 1992, mais aussi de la Loi montagne de janvier 1985, Augustin Bonrepaux est reconnu par ses pairs comme un ardent défenseur des territoires ruraux. 

Le Conseil général de l'Ariège gère un budget global de 207 millions d'euros, selon son rapport d'activité 2013, pour un territoire rural qui compte environ 157.000 habitants. 

Sur le même sujet

Les + Lus